Etats-Unis: silence radio à Green Bank, refuge des malades de la wifi

le
0
Etats-Unis: silence radio à Green Bank, refuge des malades de la wifi
Etats-Unis: silence radio à Green Bank, refuge des malades de la wifi

Les vaches broutent, un pickup passe, le silence retombe. Aucune sonnerie intempestive ne vient troubler la quiétude des rues de Green Bank (Virginie-Occidentale, est). Téléphone portable et wifi y sont interdits, pour le bonheur des "malades" des ondes."Si on perd le radiotélescope, on est fichu", indique à l'AFP Charles Meckna, 53 ans, alors qu'il construit un abri de jardin pour sa petite maison, au milieu des bois de ce hameau à 350 kilomètres à l'est de Washington.Ce quinquagénaire originaire du Nebraska (centre) s'est installé là en juillet dernier pour s'éloigner des ondes électromagnétiques qui, dit-il, l'ont rendu gravement malade, et il n'en finit plus de remercier le télescope.Car Green Bank --143 habitants-- et ses environs du comté de Pocahontas, dans les Appalaches, est au coeur d'une "Quiet Zone", une zone de silence radio décrétée officiellement en 1958 pour protéger les installations du "GBT", le "Green Bank Telescope".Ce radiotélescope de 150 mètres de haut traque jour et nuit les signaux venus de l'espace. "On y étudie le cycle de vie des étoiles, les quelques secondes après le Big Bang, les ondes gravitationnelles", explique Mike Holstine, responsable des installations du National Radio Astronomy Observatory (NRAO)."C'est le radiotélescope le plus sensible du monde. Il peut recevoir un signal équivalent à l'énergie d'un flocon de neige touchant le sol", poursuit-il, "mais pour cela, l'environnement radio tout autour doit être extrêmement silencieux".Aussi, une "National Radio Quiet Zone", unique en son genre, a été décrétée par le gouvernement américain sur un territoire de 33.000 km2.Les radio-transmissions doivent y être les plus basses possible. Dans un rayon de 16 kilomètres autour du télescope, tout ce qui produit une onde radio et donc provoque une éventuelle interférence électrique y est banni ou sévèrement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant