Etats-Unis : réouverture des ambassades au Moyen-Orient et en Afrique, sauf au Yemen

le
1
Etats-Unis : réouverture des ambassades au Moyen-Orient et en Afrique, sauf au Yemen
Etats-Unis : réouverture des ambassades au Moyen-Orient et en Afrique, sauf au Yemen

Les missions diplomatiques américaines fermées ces derniers jours au Moyen-Orient et en Afrique rouvriront leurs portes dimanche. Toutes, sauf celle Lahore (Pakistan) et celle de de Sanaa (Yémen). Le président Obama a souligné que la «menace» d'une attaque d'Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) est toujours présente.

La porte-parole du département d'Etat a indiqué que 18 des 20 représentations diplomatiques fermées en raison de risques d'attentats ouvriront leurs portes à nouveau à partir de dimanche, premier jour de la semaine dans beaucoup de pays musulmans.

L'ambassade de Sanaa au Yémen est une exception. Il subsiste selon la diplomatie américaine «un faisceau de menaces d'une éventuelle attaque terroriste émanant d'Al-Qaïda dans la Péninsule arabique». Washington considère cette branche comme la plus active de la nébuleuse terroriste.

Pour ce qui est du consulat de Lahore, la deuxième ville du Pakistan, il ne recommencera pas non plus ses activités dimanche. Les autorités américaines ont tenu à appuyer le fait que les menaces qui pèsent sur cette représentation diplomatique ne sont pas liées aux projets d'attentats d'AQPA. Le Pakistan est un des alliés des Etats-Unis dans la région mais le pays connaît des attaques terroristes à répétition. Des groupes islamistes armés ayant plaidé allégeance à Al-Qaïda ont trouvé refuge à la frontière afghane.

Même si Lahore et ses 12 millions d'habitants n'ont pas connu d'attentats ces dernières années, le département d'Etat américain juge «crédibles» les menaces qui pèsent sur son consulat.

La direction centrale d'Al-Qaïda «démantelée»

Selon le site internet The Daily Beast, l'alerte américaine qui a entraîné la fermeture en série des missions diplomatiques a été lancée après l'interception d'une communication entre différents responsables d'Al-Qaïda. Vendredi, Barack Obama a reconnu la prédominance des filiales régionales ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.