Etats-Unis : Obama met la pression pour voter le budget

le
0
Etats-Unis : Obama met la pression pour voter le budget
Etats-Unis : Obama met la pression pour voter le budget

Le compte à rebours est lancé. Mardi, à partir de 6 heures (minuit à Washington), des centaines de milliers de fonctionnaires seront mis en congés sans solde si un accord n'est pas trouvé entre républicains et démocrates au Congrès. Tel est l'ultime avertissement lancé par Barack Obama, quelques heures avant la fin de l'année budgétaire. «Le temps presse. Mon espoir est qu'à la dernière minute, une fois de plus, le Congrès, en particulier la Chambre des représentants, choisira d'agir correctement», a-t-il déclaré.

Lors d'une intervention à la Maison Blanche, le président américain a mis en garde lundi contre les conséquences d'une paralysie de l'Etat fédéral. La paralysie «gripperait les rouages de notre économie au moment où elle redémarrait», a-t-il souligné. Refusant de céder à la demande de «rançon» émanant selon lui des républicains au Congrès, il les a enjoint à adopter avant minuit un budget qui préserve sa réforme du système de santé.

Et Barack Obama d'ajouter que la nouvelle loi sur la santé serait appliquée dès mardi quoi qu'il arrive. «Une partie d'une formation (politique) dans une chambre du Congrès n'obtiendra pas la fermeture des opérations de l'Etat pour disputer les résultats d'une élection», a-t-il affirmé, alors que les républicains, sous pression du Tea Party, persistent dans leur volonté de sabrer des pans d'«Obamacare», le surnom de la loi sur la santé, qu'ils assimilent à une socialisation de la médecine. Lors d'une campagne de 2012, les Républicains avaient promis d'abroger la réforme de l'assurance-maladie promulguée en 2010.

L'application de celle-ci va franchir mardi une étape cruciale avec la possibilité pour les plus de 30 millions d'Américains dépourvus de couverture santé de s'inscrire dans des «marchés» au niveau des Etats pour bénéficier d'une mutualisation des risques.

Selon un sondage CNN/ORC Internetional publié lundi, 46% des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant