Etats-Unis : Obama déclare la guerre aux inégalités

le
0
Etats-Unis : Obama déclare la guerre aux inégalités
Etats-Unis : Obama déclare la guerre aux inégalités

Barack Obama pourrait passer outre l'accord du Congrès pour réduire les inégalités et donner un coup d'accélérateur à la croissance, deux ambitions qu'il s'est fixées pour 2014. Lors de son discours annuel sur l'état de l'Union mardi soir, il a dit sa «hâte» de travailler avec  la Chambre des représentants et le Sénat. «Mais les Etats-Unis ne restent pas immobiles, et moi non plus. Donc, quand je pourrai prendre des mesures sans passer par la voie législative pour améliorer les chances pour davantage de familles américaines, c'est ce que je ferai», a-t-il martelé.

Une fois par an, le président des Etats-Unis présente son programme pour l'année en cours, devant ses ministres, 435 représentants, 100 sénateurs, les neuf juges de la Cour suprême et les chefs de l'armée. Comme de coutume, un ministre n'a pas assisté au discours, afin de pouvoir assurer la continuité de l'Etat s'il arrivait malheur aux occupants de l'enceinte de la Chambre des représentants, cependant bien gardée. Cette année, ce fut au tour du secrétaire à l'Energie, Ernest Moniz, de se réfugier dans un endroit gardé secret.

Des rescapés des attentats de Boston invités

Des Américains emblématiques ou méritants avaient été conviés à assister au discours à côté de Michelle Obama : deux rescapés des attentats du marathon de Boston, le premier basketteur NBA ouvertement homosexuel, Jason Collins, ou encore la nouvelle patronne de General Motors, Mary Barra. Le président a aussi longuement fait applaudir un soldat grièvement blessé en Afghanistan, comparant son courage à celui du pays tout entier face à l'adversité.

Salaire minimum : une augmentation de 40 % pour les contractuels. Barack Obama a souligné que «même en pleine reprise, trop d'Américains travaillent plus dur qu'avant juste pour joindre les deux bouts» et affirmé que la mission du gouvernement était «de renverser cette tendance».

Parmi les mesures que le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant