États-Unis : Miranda, serial killeuse et sataniste ?

le
0
Miranda Barbour à Sunbury, le 3 décembre 2013.
Miranda Barbour à Sunbury, le 3 décembre 2013.

Ce pourrait être un scénario, assez mauvais mais efficace. À Sunbury, une petite ville de Pennsylvanie de 9 000 habitants tout au plus, on découvre un matin de novembre le cadavre d'un homme de 42 ans, lardé de coups de couteau, abandonné dans une ruelle. Deux semaines plus tard, arrestation du tueur présumé. Des tueurs, plutôt : une gamine de 19 ans aux longs cheveux bruns et au visage rond et très sage et son mari, 22 ans, qu'elle a épousé en justes noces trois semaines avant le meurtre. La presse locale se rue sur l'affaire. Dans les colonnes du Daily Item, les premiers éléments de l'enquête apparaissent, entre un résultat de compétition sportive et un incendie. La môme, selon la police, revendique le meurtre très simplement : ils voulaient tuer quelqu'un ensemble, voilà tout. Deux mois plus tard, alors qu'elle est incarcérée, elle demande à parler à un de ces reporters qui, sur place, ont suivi l'affaire pas à pas. Et toujours aussi tranquillement, elle lui affirme qu'elle tue depuis ses 13 ans. Combien de meurtres a-t-elle commis ? À 22, dit-elle, elle a arrêté de compter. Elle n'a aucun regret, c'étaient de "mauvaises personnes".Son "mac" lui grave un swastikaL'histoire ne dit pas (encore) si tout est vrai. Mais le journaliste, Francis Scarcella, et le couple, Miranda et Elytte Barbour, existent bel et bien. La victime, Troy LaFerrara, est là, qui a été assassiné sauvagement. Et la police ne peut pour le moment que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant