États-Unis - Massacre de Santa Barbara : qui est coupable ?

le
0
Des habitants de Santa Barbara se réunissent pour une veillée funéraire, le 24 mai, en mémoire des victimes de la tuerie de la veille.
Des habitants de Santa Barbara se réunissent pour une veillée funéraire, le 24 mai, en mémoire des victimes de la tuerie de la veille.

Le 23 mai, les États-Unis ont, une fois de plus, connu une journée noire. Un étudiant de 22 ans, Elliot Rodger, a assassiné six étudiants de l'université de Californie à Santa Barbara et a blessé treize autres personnes, avant de mourir dans des circonstances encore indéterminées. Le jeune homme a utilisé des armes blanches et des pistolets achetés en toute légalité. Il était atteint du syndrome d'Asperger, une forme particulière d'autisme.

Elliot Rodger a décrit ses motivations dans un manifeste envoyé à ses parents et quelques autres personnes, ainsi que dans de nombreuses vidéos sur son compte YouTube. Dans la dernière, postée la veille de la tuerie, on peut ainsi l'entendre déclarer : "Tout doit finir comme ça. Demain est le jour du châtiment. Le jour où j'aurai ma revanche contre l'humanité. Durant les huit dernières années de ma vie, j'ai dû endurer une existence faite de solitude, de rejets et de désirs insatisfaits. Tout ça parce que les filles n'ont jamais été attirées par moi."

La plupart des médias et des responsables ont immédiatement expliqué la folie meurtrière du jeune homme par son incapacité à aller vers les autres, conséquence de sa maladie. Mais cette explication occulte d'autres causes, inhérentes celles-là à la société américaine.Un éternel débat

Les armes en vente libre, en premier lieu ? Comme à chaque fois qu'une tragédie de ce type se déroule aux États-Unis, le débat a été...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant