Etats-Unis: malgré les assurances d'Obama, la NSA viole la loi

le
0
Etats-Unis: malgré les assurances d'Obama, la NSA viole la loi
Etats-Unis: malgré les assurances d'Obama, la NSA viole la loi

La NSA, l'agence américaine chargée des interceptions de communications, a violé à des milliers de reprises les lois protégeant la vie privée sans toujours en référer aux autorités de contrôle, un désaveu pour les promesses de transparence de Barack Obama.Ces infractions ont été révélées par l'analyse d'un audit interne et d'autres documents secrets, fournis au Washington Post par l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden, aujourd'hui réfugié en Russie.Elle mettent à mal les appels à la confiance du président américain, qui a affirmé le 9 août avoir "pris des mesures pour qu'il y ait (...) de réels garde-fous pour empêcher les abus".Cet audit, réalisé en mai 2012, a recensé 2.776 incidents au cours des douze mois précédents concernant la collecte ou l'accès à des données hors du cadre légal. La plupart ne sont pas intentionnels mais dus à des défaillances ou au non-respect des procédures.Le quotidien donne l'exemple de la collecte en 2008 d'un "grand nombre" d'appels téléphoniques en provenance de Washington après une erreur de programmation qui a interverti l'indicatif de la capitale américaine (202) avec celui de l'Egypte (20).Cet incident n'avait pas été révélé à l'équipe de contrôle de la NSA.Sollicité par l'AFP, la NSA a confirmé qu'il s'agissait d'un document "interne" et assuré "enquêter" sur chaque "erreur". "Quand nous faisons une erreur (...), nous la signalons en interne et aux superviseurs fédéraux et allons au fond du problème", a-t-elle assuré, précisant que ses activités sont "continuellement auditées et supervisées en interne et en externe".Lors d'une audioconférence, le directeur du département du contrôle interne, John DeLong, a martelé qu'il s'agissait "d'erreurs et non pas d'infractions délibérées", de l'ordre d'une centaine par mois à comparer avec les quelque 20 millions de requêtes de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant