Etats-Unis : les républicains divisés sur la réforme de l'Obamacare

le
0
Etats-Unis : les républicains divisés sur la réforme de l'Obamacare
Etats-Unis : les républicains divisés sur la réforme de l'Obamacare

Le suspense se poursuit sur Capitol Hill. L'avenir de la réforme républicaine du système de santé promise par Donald Trump était toujours incertain lundi, plusieurs élus de la majorité étant prêts à faire défection contre une loi qui priverait des millions d'Américains de couverture maladie.

 

Un nouveau rapport a mis de l'huile sur le feu. Le Bureau du budget du Congrès (CBO) a estimé que 49 millions de personnes seraient dépourvues d'assurance en 2026 si la proposition de loi républicaine entrait en vigueur, contre 28 millions si Obamacare était préservée --conséquence des coupes draconiennes qui frapperaient le budget fédéral de la santé.

 

Le texte, élaboré par les chefs de la majorité républicaine du Sénat, sera débattu cette semaine dans l'hémicycle, avec un vote souhaité avant la fin de la semaine.

 

Toute la minorité démocrate étant contre, son sort est entre les mains d'une poignée d'ultra-conservateurs, d'une part, et de républicains modérés, d'autre part, ces derniers représentant des Etats américains qui ont fortement bénéficié d'Obamacare depuis sept ans.

Deux défections possibles

Or ceux-ci n'entendent pas priver des millions de leurs habitants de couverture-maladie au prétexte de tenir la promesse électorale d'abroger la loi démocrate, promulguée en 2010 par Barack Obama.

 

Le Sénat américain compte 100 sénateurs. Les républicains sont 52, et ne peuvent donc se permettre que deux défections.

Le président américain, qui a laissé la rédaction de la loi aux parlementaires, dénonce l'obstruction démocrate, mais c'est bien son propre camp qui menace de torpiller l'initiative.

 

«Les sénateurs républicains travaillent dur, sans aucune aide des démocrates. Pas facile! Peut-être faut-il laisser Ocare (Obamacare, ndlr) s'effondrer!» a-t-il tweeté lundi. Au dernier décompte, au moins cinq républicains avaient pris position contre la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant