États-Unis : les ravages du football américain chez les jeunes

le
0
L'Australien Jarryd Hayne, star du rugby à XIII, a rejoint les 49ers de San Francisco, une franchise de la NFL, le championnant de football américain, cette saison (Photo d'illustation).
L'Australien Jarryd Hayne, star du rugby à XIII, a rejoint les 49ers de San Francisco, une franchise de la NFL, le championnant de football américain, cette saison (Photo d'illustation).

Cette semaine, Kenney Bui, un lycéen de Seattle de 17 ans, est mort des suites d'un traumatisme crânien lors d'un match de football américain. C'est la quatrième victime en un mois. Evan Murray, 17 ans également, est décédé après un éclatement de la rate le 25 septembre. Quelques jours plus tôt, Ben Hamm, 16 ans, avait succombé à un choc à la tête lors d'un match dans l'Oklahoma, et Tyrell Cameron, 16 ans, était mort après avoir été blessé au cou en Louisiane. Ce n'est pas nouveau. Cinq lycéens sont morts en 2014 au cours d'un match, 6 en 2013?

Le football américain est le sport le plus populaire aux États-Unis. C'est l'équivalent du foot en Europe. Plus de 114 millions de téléspectateurs ont assisté à la retransmission du Super Bowl, la finale du championnat l'an dernier, le programme télé le plus regardé de l'histoire américaine. Mais c'est aussi un sport violent et dangereux. Depuis quelques années, toutes sortes d'études, largement reprises par les médias, montrent les risques courus par les joueurs, amateurs et professionnels. Sur 91 joueurs décédés, 87 souffraient d'encéphalopathie traumatique chronique, une forme d'affection cérébrale provoquée sans doute par des commotions cérébrales à répétition, selon l'étude d'une équipe médicale. Cette maladie peut entraîner des pertes de mémoire, de la dépression, un comportement agressif et de la démence. Cela confirme d'autres études qui associent les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant