Etats-Unis : les pistolets Colt en faillite

le
0
Etats-Unis : les pistolets Colt en faillite
Etats-Unis : les pistolets Colt en faillite

Le fabricant du mythique pistolet Colt n'est pas parvenu à trouver un accord avec ses créanciers. Colt voulait en effet réduire le poids de sa dette et dégager les liquidités nécessaires pour faire face à des échéances sur sa dette arrivant prochainement à maturité. Les créanciers lui ont cependant accordé une ligne de crédit de 20 millions de dollars.

 L'armée américaine fait défaut

Parmi les échecs du groupe de défense américain, la perte d'un gros contrat avec l'armée américaine en 2013 pour continuer de lui fournir le fusil d'assaut M4. Colt avait dû réviser ses prévisions de résultats financiers pour 2014 et 2015.

Le placement sous la protection de la loi sur les faillites «va permettre une vente accélérée des activités de Colt aux Etats-Unis et au Canada», précise l'entreprise historique dans un communiqué. Le dépôt de bilan «va permettre à Colt de restructurer ses comptes tout en honorant ses obligations envers ses clients, ses distributeurs, ses fournisseurs et ses salariés», estime Keith Maib, responsable de la restructuration. Le groupe essaiera également d'assurer «le maximum de continuité dans la mise en oeuvre actuelle et à venir de la stratégie du groupe», continue l'administrateur.

Le fonds d'investissement Sciens Capital Management a accepté de déposer une première offre d'achat le temps que le groupe assainisse sa situation financière et sollicite d'autres acquéreurs potentiels. Colt prévoit de poursuivre normalement ses opérations pendant cette période, qui devrait durer 60 à 90 jours.

 160 ans dans les armes

Basé dans le Connecticut, le groupe avait déjà du se placer sous la protection de la loi sur les faillites au début des années 1990 suite à une rupture de contrat avec l'armée américaine, rapporte le «Financial Times» et une grève de quatre ans.

C'est en 1855 que le groupe a été créé par Samuel Colt. L'industriel s'est notamment rendu célèbre en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant