Etats-Unis: les hackers, une tribu virtuelle à l'échelle de la planète

le
0
Etats-Unis: les hackers, une tribu virtuelle à l'échelle de la planète
Etats-Unis: les hackers, une tribu virtuelle à l'échelle de la planète

Geeks isolés cachés derrière des surnoms bizarres, les pirates informatiques constituent de nouvelles tribus à l'ère de l'internet, avec leur hiérarchie, leurs règles et leur éthique. "Les gens pensent que les hackers sont des asociaux qui vivent dans un grenier. Ce n'est pas vrai du tout", dit à l'AFP Nico Sell, organisatrice de DEF CON, la plus grosse convention de hackers, dont la 23e édition aura lieu l'an prochain à Las Vegas."Pour être bon, il faut comprendre comment la société et les gens fonctionnent. Ce sont des geeks, mais pas des geeks comme les autres", ajoute la cofondatrice du service de messagerie cryptée Wickr.Les tribus, dont les plus connues s'appellent Anonymous, LulzSec ou Lizard Squad, se divisent en deux groupes: les "chapeaux blancs", qui utilisent leurs talents avec de bonnes intentions, et les "chapeaux noirs", les pirates informatiques qui les détournent pour espionner ou voler.Ils se racontent leurs exploits et échangent leurs tuyaux dans des forums comme DEF CON ou sur des chats internet comme 4Chan, indique Gabriella Coleman, spécialiste de cette communauté à l'Université McGill de Montréal."On peut parler de communauté", dit l'auteure de "Hacker, Hoaxer, Whistleblower, Spy: The Many Faces of Anonymous" (Hacker, faussaire, lanceur d'alerte, espion: les nombreux visages d'Anonymous) qui sort en novembre."D'abord, ils ont un savoir-faire: ils construisent ou piratent. Et la technologie est tellement complexe que vous devez compter sur l'aide des autres pour que les choses soient faites sérieusement", dit-elle à l'AFP.Dans des groupes comme celui d'Anonymous, les exploits informatiques sont révérés, mais s'en vanter pour la gloire personnelle est détesté, explique Mme Coleman.L'étiquette de cette tribu virtuelle veut qu'on ne se proclame pas "pirate", on est reconnu pirate par les autres, dit-elle. - 'Spot the Fed' - Utiliser ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant