Etats-Unis: les chaînes câblées ont gain de cause face à la TV sur internet

le
0
Etats-Unis: les chaînes câblées ont gain de cause face à la TV sur internet
Etats-Unis: les chaînes câblées ont gain de cause face à la TV sur internet

La Cour suprême des Etats-Unis a préféré s'abstenir de révolutionner le paysage audiovisuel américain, en donnant raison mercredi aux puissantes chaînes de télévision face à une jeune start-up qui proposait aux internautes de regarder les programmes télévisés en direct sans payer le moindre abonnement au câble.Dans une décision de six juges sur neuf, la haute Cour a estimé que la start-up Aereo avait violé la loi sur les droits d'auteurs."Nous estimons que les activités d'Aereo empiètent sur le droit exclusif des réseaux (câblés) de diffuser publiquement leurs programmes d'auteurs", a déclaré le juge progressiste Stephen Breyer en présentant l'arrêt.Aereo, qui avait fait appel à la haute Cour, loue à des internautes, sous la forme d'un abonnement, une mini-antenne de réception TV, de la taille d'une pièce de monnaie. Cette mini-antenne reste en fait dans les locaux d'Aereo, pour l'instant dans 11 villes américaines, dont New York.Les antennes, reliées entre elles, captent les ondes hertziennes gratuites des chaînes locales, qui sont généralement des déclinaisons locales des grandes chaînes ABC, CBS, NBC et Fox.Les abonnés peuvent ensuite regarder en direct ces chaînes depuis leurs ordinateurs ou tablettes, ou les enregistrer. L'intérêt de cette technologie est de permettre aux abonnés d'éviter de souscrire à un abonnement au câble ou au satellite, qui sont les méthodes les plus communes pour recevoir la télévision aux Etats-Unis. Il est "clair qu'Aereo n'est pas simplement un fournisseur d'équipement" mais son "activité est finalement similaire à celle des autres compagnies" du câble, peut-on lire dans la décision des quatre juges progressistes et deux conservateurs."Aereo vend un service qui permet à ses abonnés de regarder les programmes de télévision, protégés par un droit d'auteur, quasiment quand ils sont diffusés", ajoute l'arrêt.Le jugement marque une grande ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant