États-Unis : le florilège décapant des référendums du 8 novembre

le
2
Une vache devant un feu en Californie, en 2015. Image d'illustration.
Une vache devant un feu en Californie, en 2015. Image d'illustration.

On l'oublie trop souvent, mais le 8 novembre prochain, l'Amérique ne vote pas que pour désigner Donald Trump ou Hillary Clinton. Les électeurs doivent choisir aussi leur représentant à la Chambre et, pour certains, un sénateur. Surtout, ils doivent se prononcer sur une foule de référendums, étatiques ou locaux, qui portent souvent sur des questions complexes et cruciales comme la hausse du salaire minimum, la vente d'armes ou le port du préservatif. En Californie, il y a tellement de mesures ? rien qu'à San Francisco, il y a cette année 42 questions soumises au référendum et un guide d'explication de 536 pages épais comme le bottin ? que les citoyens ont trouvé des moyens ingénieux pour résumer les enjeux en créant des chansons, des animations et même des haïkus ! Petit florilège.

Suicide assisté ?

Les électeurs du Colorado doivent se prononcer sur une mesure qui autorise les malades au stade terminal à mettre fin à leurs jours grâce à des médicaments prescrits par le docteur. Le patient doit être âgé d'au moins 18 ans et deux docteurs doivent confirmer qu'il a toutes ses facultés mentales. Dans l'Oregon, le premier État à avoir adopté ce type de mesure en 1997, 132 personnes ont mis fin à leurs jours l'an dernier. Quatre autres États ont légalisé, depuis, le suicide assisté.

Hausse du smic ?

Trois États ? Arizona, Colorado, Maine ? doivent voter pour augmenter ou non...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a un mois

    Le dernier cas d'école fut Al Gore, majoritaire en voix sur la totalité des US et battu pour quelques voix en Floride. D'où les comptages et recomptages qui firent les délices de la presse de l'époque et même cette célèbre phrase de Clinton, vous ne pourrez plus dire que votre voix n'a pas été décisive.

  • frk987 il y a un mois

    Nos journaleux semblent ignorer que la présidentielle US est indirecte et qu'un candidat majoritaire en voix peut être battu. C'est d'une telle complexité qu'avec moins de 4% d'écart sur les sondages qu'il est impossible de prévoir le gagnant.