États-Unis : le casse-tête des mères porteuses qu'on veut faire avorter

le
0
Image d'illustration.
Image d'illustration.

L'une s'appelle Melissa Cook. L'autre Brittanyrose Torres. Elles habitent toutes les deux la Californie, sont toutes deux mères porteuses enceintes de triplés. Et sont engagées dans une bataille judiciaire contre les parents biologiques qui veulent qu'elles avortent de l'un des foetus. Melissa Cook, 47 ans, s'est fait implanter trois embryons conçus in vitro avec le sperme du père, un habitant de l'État de Géorgie, et les ovocytes d'une donneuse. Les trois embryons se sont développés normalement, phénomène assez rare. Lorsque le père a appris qu'il allait avoir des triplés, il a fait pression sur Melissa Cook, dit-elle, lui demandant d'avoir recours à une « réduction sélective », selon le terme du contrat, autrement dit un avortement de l'un des foetus, et la menaçant de représailles financières. Cook doit toucher 33 000 dollars pour un bébé, plus 6 000 dollars par enfant supplémentaire.

« Ce sont des êtres humains. J'ai des liens avec ces enfants », a déclaré au New York Post cette mère de quatre enfants, dont des triplés. Dans une lettre au père biologique rendue publique, elle écrivait : « Le médecin a transféré trois embryons sains. Il y avait de grandes chances qu'ils se développent? Si vous saviez que vous vouliez seulement deux enfants, pourquoi transférer trois embryons ? » La requête pour un avortement sélectif « a été faite pour sa protection et pour éviter des complications majeures », a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant