États-Unis : le bonzaï qui a survécu à l'attaque de Hiroshima

le
0
Un bonzaï exposé dans un jardin botanique de Washington DC a survécu à l'attaque de Hiroshima (photo d'illustration).
Un bonzaï exposé dans un jardin botanique de Washington DC a survécu à l'attaque de Hiroshima (photo d'illustration).

Il y a 70 ans, le 6 août 1945 à 8 h 15 précises, l'équipage du bombardier Enola Gay, baptisé ainsi en hommage à la mère du pilote Paul Tibbets, largue Little Boy sur Hiroshima. Quarante secondes plus tard, à l'instant même où la première bombe nucléaire explose à 580 mètres d'altitude, 75 000 Japonais trouvent la mort. Des dizaines de milliers d'autres connaîtront le même sort. À moins de quatre kilomètres de là, la famille Yamaki s'en tire avec seulement quelques égratignures. Sa survie, les Yamaki la doivent aux murs qui entouraient la pépinière attenante à leur maison. Il faut dire que Masaru Yamaki est alors un maître bonzaï dont la réputation n'est plus à faire. Ses arbres restent, eux aussi, intacts.

Vingt-ans plus tard, en 1976, Masaru Yamaki offre l'un de ses bonzaïs au jardin botanique national de Washington DC en signe de l'amitié américano-japonaise, mais sans révéler immédiatement toute l'histoire de cet arbre aujourd'hui âgé de 400 ans. Ce n'est qu'en 2001, lors du voyage des petits-fils de Yamaki aux États-Unis que le musée apprend qu'il s'agit d'un arbre survivant de Hiroshima.

"Une question de pardon"

L'institution décide pourtant de ne pas en faire la publicité. "Nous ne voulions vraiment pas mettre en avant cet aspect", a déclaré à USA Today Kathleen Emerson-Dell, une conservatrice du jardin botanique. Mais, face à l'afflux de visiteurs tous les 6 août, les employés du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant