Etats-Unis: le baseball, dernière victime de la cyber-criminalité

le
0
Etats-Unis: le baseball, dernière victime de la cyber-criminalité
Etats-Unis: le baseball, dernière victime de la cyber-criminalité

Le FBI a mis au jour une forme inédite de cyber-criminalité qui vise une équipe de baseball, les Houston Astros, à l'instigation d'une équipe rivale, les St Louis Cardinals, a révélé mardi le New York Times.Selon le quotidien américain, le Bureau fédéral d'investigation et la justice américaine ont découvert que le réseau informatique des Houston Astros avait été attaqué avec succès, ou "hacké".Les instigateurs de cette nouvelle forme d'espionnage industriel, une première dans l'histoire du sport professionnel, sont l'une des équipes les plus réputées de la Ligue majeure de baseball (MLB), les St Louis Cardinals.Les "cyber-pirates" se sont emparés des statistiques, à l'entraînement et en match, des joueurs des Astros, les rapports d'observation des "scouts" (experts) sur les autres équipes de la MLB, bref des chiffres qui, dans un sport comme le baseball, valent de l'or ou presque.Selon le New York Times, citant des responsables de l'enquête, l'attaque aurait été diligentée par la direction des Cardinals qui n'aurait pas digéré le départ de leur ancien directeur général, Jeff Luhnow, pour Houston en 2011.Aucun dirigeant des Cardinals n'a pour l'instant été suspendu de ses fonctions ou renvoyé, a précisé le New York Times.Les Cardinals ont publié un bref communiqué pour affirmer qu'ils "coopéraient pleinement avec les enquêteurs et vont continuer à le faire": "Comme il s'agit d'un enquête fédéral en cours, il serait inapproprié de faire d'autres commentaires", ont-ils conclu.- Les Astros en tête de l'American League -Même tonalité dans le communiqué des Houston Astros: "Nous collaborons totalement à cette enquête fédérale et nous n'avons rien d'autre à ajouter".De son côté, la MLB qui chapeaute le Championnat de baseball le plus réputé au monde, a reconnu qu'elle "était au courant de l'enquête fédérale en cours, à laquelle elle avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant