Etats-Unis : la SNCF se heurte toujours à la mémoire de la Shoah

le
2
Etats-Unis : la SNCF se heurte toujours à la mémoire de la Shoah
Etats-Unis : la SNCF se heurte toujours à la mémoire de la Shoah

Deux sénateurs du Maryland (Etats-Unis) ont annoncé mardi un projet de loi restreignant l'accès de la SNCF aux marchés publics tant qu'elle n'aura pas versé d'indemnités pour son rôle dans la déportation des juifs. La compagnie ferroviaire française souhaite se porter candidate à un projet ferroviaire public-privé actuellement en gestation dans cet Etat.

«Le refus persistant de la SNCF d'assumer sa responsabilité pour son rôle dans l'Holocauste reste une insulte pour ses victimes», a estimé l'une des auteurs de la proposition de loi, Joan Carter Conway, dans un communiqué. Filiale américaine de la SNCF, Keolis America est candidate à un appel d'offres pour un contrat de 6 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) sur la création et l'exploitation d'une ligne ferroviaire d'environ 25 kilomètres dans l'Etat.

Du «protectionnisme» déguisé ?

A l'appui de leur démarche, les deux élus citent la pétition lancée sur le site change.org par un ancien déporté, Léo Bretholtz, qui a recueilli plus de 58000 signatures. En 1942, ce juif autrichien réfugié en France s'était enfui du train qui le menait à Auschwitz. «Ils ont gagné de l'argent en nous envoyant dans les camps de la mort. Il y avait un tarif par kilomètre et par déporté. Maintenant, ils veulent être payés pour construire cette ligne, c'est toujours une question d'argent», s'insurge le vieil homme, au micro de France Info.

Réagissant à l'initiative des deux sénateurs du Maryland, le président de SNCF America, Alain Leray, a déclaré que la compagnie se livrerait à une «lecture critique» de cette proposition de loi afin de détecter une «éventuelle discrimination» à son égard vis-à-vis des autres entreprises engagées dans cet appel d'offres.

Certains voient dans les assauts répétés contre la SNCF une instrumentalisation de la Shoah «à des fins de protectionnisme», à l'image de François Zimeray, ancien ambassadeur pour les droits de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mercredi 5 fév 2014 à 18:40

    Et le génocide des amer-indiens.

  • charleco le mercredi 5 fév 2014 à 17:07

    N'importe quoi! Des protectionnistes faisant partie d'un lobby bien connu dont il ne faut surtout pas parler.