Etats-Unis : la Fed augmente ses taux, une première en près de 10 ans

le
0
Etats-Unis : la Fed augmente ses taux, une première en près de 10 ans
Etats-Unis : la Fed augmente ses taux, une première en près de 10 ans

La décision est historique. La Banque centrale américaine - la Fed - a relevé ce mercredi ses taux directeurs pour la première fois en près de dix ans, amorçant ainsi la normalisation de sa politique monétaire après des mois de spéculations.

Ces taux déterminent le «loyer de l'argent» à court terme, c'est-à-dire l'intérêt que les banques se facturent entre elles pour des prêts au jour le jour. Il influence tous les autres taux puisque les banques vont le répercuter sur les prêts, les cartes de crédit, les crédits immobiliers...

Maintenus proches de zéro depuis 2008, ils seront relevés d'un quart de point de pourcentage et évolueront désormais dans une fourchette comprise entre 0,25 % à 0,50 %, a décidé à l'unanimité le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC).

Bien que modeste, cette hausse «marque la fin d'une période exceptionnelle de sept ans» pendant laquelle la Fed a tenté de soutenir la reprise après la crise financière de 2008-2009, a déclaré Janet Yellen, la directrice de l'institution. Ce relèvement «consacre le progrès considérable qui a été accompli pour redresser l'emploi, augmenter les revenus et alléger les difficultés économiques de millions d'Américains», s'est-elle félicitée lors d'une conférence de presse à Washington.

Les pays émergents dans l'inconnu

Cette décision promet d'avoir un impact à l'échelle internationale. Le changement de cap de la Banque centrale américaine pourrait provoquer des turbulences sur les marchés mondiaux, rendus nerveux par la fin de l'ère de «l'argent pas cher». La politique des taux zéro a en effet poussé de nombreux investisseurs en quête de rendements plus rémunérateurs à placer leurs fonds dans les pays émergents comme le Brésil, la Turquie ou l'Afrique du Sud.

Une fois la hausse des taux effective, ces pays vont devenir moins attractifs et pourraient subir une accélération de la fuite des capitaux, déjà ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant