Etats-Unis: la Chine soupçonnée du piratage des données de quatre millions d'employés fédéraux

le
0
Etats-Unis: la Chine soupçonnée du piratage des données de quatre millions d'employés fédéraux
Etats-Unis: la Chine soupçonnée du piratage des données de quatre millions d'employés fédéraux

Le gouvernement américain a annoncé avoir détecté le piratage informatique des données personnelles de quatre millions d'employés fédéraux qui, selon le Washington Post, aurait été perpétré par des Chinois, dernière offensive numérique en date contre des intérêts américains.Cette "cyber-intrusion" a été détectée en avril dernier par l'Office of Personnel Management (OPM), qui gère les effectifs du gouvernement et attribue des centaines de milliers d'accréditations aux fonctionnaires fédéraux chaque année.Elle aurait été fomentée en décembre par des pirates informatiques chinois, selon le Washington Post, qui l'a appris de responsables américains sous couvert d'anonymat. Il s'agirait du deuxième piratage majeur de cette agence perpétré par la Chine.Mais l'ambassade de Chine aux Etats-Unis a rejeté ces accusations. "Tirer des conclusions hâtives et lancer des accusations sur la base d'hypothèses est irresponsable et contreproductif", a déclaré le porte-parole de l'ambassade, Zhu Haiquan."La législation chinoise interdit la cyber-criminalité sous toutes ses formes. La Chine a fait beaucoup d'efforts pour combattre la cyber-criminalité", a assuré M. Zhu.Dans un communiqué, l'OPM a indiqué que les données personnelles d'environ 4 millions d'employés -- actuels et anciens -- du gouvernement auraient été compromises et a annoncé que ces personnes seraient informées à partir du 8 juin. On ignorait si le piratage avait affecté le président Barack Obama, d'autres hauts responsables de l'administration ou la communauté du renseignement.Mais l'OPM n'a pas exclu que d'autres victimes soient identifiées au cours de l'enquête et a proposé de les dédommager à hauteur d'un million de dollars en cas "de fraude et de vol d'identité". Cette agence a utilisé de nouveaux outils informatiques ces derniers mois qui lui ont permis de détecter cette attaque quatre mois après son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant