Etats-Unis : la Californie paralysée par une énorme tempête

le
0
Etats-Unis : la Californie paralysée par une énorme tempête
Etats-Unis : la Californie paralysée par une énorme tempête

La Californie a affronté jeudi sa plus violente tempête depuis trois ans avec les plus fortes chutes de neige depuis six ans, entraînant inondations et coulées de boue, et les perturbations devraient se poursuivre vendredi.

«C'est clairement la plus forte tempête depuis au moins trois ans en termes de pluies et surtout de rafales de vent», celles-ci atteignant jusqu'à 230 km/h, a indiqué jeudi Todd Morris, porte-parole du National Weather Service (NWS), le service national de météorologie. La tempête, venue du nord du Pacifique, a commencé dans la nuit de mercredi à jeudi au nord de l'Etat, se déplaçant ensuite vers le sud, Los Angeles et San Diego, et devrait continuer une bonne partie de la journée de vendredi.

Les rafales de vent seront les plus puissantes en montagne, jusqu'à 230 km/h, a précisé Todd Morris, soit l'équivalent d'un ouragan de catégorie 3. Dans les zones côtières, les rafales seront au maximum de l'ordre de 144 km/h et dans les plaines de 80 km/h. Autour de la baie de San Francisco et dans le nord de la Californie, de nombreuses écoles avaient fermé leurs portes par précaution. Selon les médias, environ 240 vols ont été annulés jeudi à l'aéroport international de la ville.

Ferries suspendus à San Francisco, alerte au Blizzard

Des commerces du nord de la Californie s'étaient préparés en protégeant leurs vitrines avec des panneaux de bois ou de carton, et des digues de fortune ont été érigées avec des sacs de sable. Malgré cela, dans le nord du «Golden State», jusqu'à 150.000 clients de la société d'électricité locale PG&E ont été privés de courant, mais la plupart avaient été raccordés en fin d'après-midi, selon la société.

A San Francisco, deux stations du réseau ferré urbain local, le BART, qui transporte 400.000 personnes chaque jour, ont dû être fermées, et les trajets des ferries ont été suspendus jusqu'à ce que le temps et la houle se calment. Le nombre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant