Etats-Unis : l'inestimable trésor du «prince des pirates» découvert ?

le
0
Etats-Unis : l'inestimable trésor du «prince des pirates» découvert ?
Etats-Unis : l'inestimable trésor du «prince des pirates» découvert ?

Un trésor, un vrai, comme dans les films de flibustiers et les bouquins de Stevenson. L'explorateur sous-marin américain Barry Clifford semble avoir mis la main sur un magot inestimable enfoui dans l'épave du Whydah, le navire amiral d'un célèbre pirate échoué il y a près de trois siècles aux abords de Cape Code, sur la côte Est des Etats-Unis (Massachussets). Selon plusieurs médias américains, Barry Clifford vient d'acquérir les preuves que pas moins de 400 000 pièces d'or, d'une valeur de plusieurs centaines d'euros chacune, dorment ainsi sous le sable, autour des restes de ce navire légendaire... qui a toujours alimenté les plus folles rumeurs.

L'histoire commence le 26 avril 1717. Le Whydah Gally, ancien navire négrier anglais capturé deux mois plus tôt par une bande de pirates, est brisé par une terrible tempête à 150 mètres au large de l'actuelle plage Marconi, sur la côte de Cape Code. A son bord, l'un des pirates les plus célèbres de l'histoire, Samuel «Black Sam» Bellamy (voire encadré), trouve la mort, ainsi que la quasi-totalité de ses 150 membres d'équipage. Deux d'entre eux survivent et répandent une rumeur qui va s'attacher pour toujours à l'épave : le navire a coulé avec près de 5 tonnes d'or, d'argent et de bijoux répartis dans quelque 200 sacs.

Samuel Bellamy, le prince des pirates

Le capitaine du Whydah n'était pas n'importe qui. Surnommé le «prince des Pirates», il a lui-même démarré comme chasseur d'épaves avant de devenir l'un des pirates les plus «doués», et les plus généreux de l'histoire. Il était particulièrement bienveillant envers les prisonniers. Pas moins de 53 navires ont été capturés sous son commandement, dont sa plus belle prise, le Whydah, qui causera finalement sa perte. La légende veut que le capitaine Bellamy soit mort alors qu'il allait rendre visite à sa dulcinée, basée à Cape Code.

Un navigateur et cartographe britannique, Cyprien Southack, est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant