États-Unis : l'impunité de la police réveille la question raciale

le
0
Les manifestations se sont pousuivies lundi soir à New York contre la décision de ne pas poursuivre le policier dont l'intervention a provoqué le décès d'Eric Garner.
Les manifestations se sont pousuivies lundi soir à New York contre la décision de ne pas poursuivre le policier dont l'intervention a provoqué le décès d'Eric Garner.

Les manifs contre les violences policières s'étendent. Après Ferguson, Cleveland, New York, Berkeley, c'était au tour de Washington. Les manifestants ont bloqué des avenues autour de la Maison-Blanche aux cris de "La vie des Noirs compte". Et une grande manifestation est prévue samedi avec des familles de victimes. À New York, plusieurs rassemblements ont eu lieu dans différents endroits de la ville, dont à Brooklyn où l'on attendait la visite du prince William et de sa femme à un match de basket. Le célèbre joueur des Cavaliers LeBron James et son coéquipier Kyrie Irving sont arrivés à l'échauffement portant un tee-shirt avec le slogan "Je ne peux pas respirer", les derniers mots prononcé par Eric Garner, un vendeur de cigarettes à la sauvette de New York qui est mort de suffocation sous la poigne d'un policier. La mort de Michael Brown à Ferguson en août dernier puis le fait que Darren Wilson, le policier qui l'a abattu, ne fasse pas l'objet de poursuites avaient surtout enflammé la communauté noire sans doute parce que l'affaire comportait beaucoup de zones d'ombre. Il semble notamment y avoir eu une confrontation physique entre les deux hommes avant que le policier ne tire. Mais la non-inculpation douze jours plus tard de Daniel Pantaleo, l'officier de police qui a provoqué la mort d'Eric Garner en le plaquant au sol alors qu'il n'était pas armé, a suscité une forte émotion nationale. La vidéo qui montre l'arrestation musclée est non...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant