Etats-Unis : l'impact du blocage budgétaire américain est pour l'instant limité

le
0
Etats-Unis : l'impact du blocage budgétaire américain est pour l'instant limité
Etats-Unis : l'impact du blocage budgétaire américain est pour l'instant limité

La paralysie temporaire de l'Etat fédéral américain ne menace pas l'économie mondiale. Du moins pour l'instant. Mais un accord politique entre Républicains et Démocrates devra être trouvé avant le 17 octobre puisqu'à cette date les capacités d'emprunt des Etats-Unis seront tout simplement épuisées !

En attendant cette fameuse date butoir, les marchés financiers asiatiques et européens ont réagi avec flegme mardi matin à l'annonce, largement anticipée, de la fermeture provisoire des services de l'Etat américain. «Il semble que les marchés ne sont pas particulièrement tracassés par l'incapacité à éviter une fermeture de l'Etat fédéral, ou ne sont pas particulièrement surpris», selon les analystes d'Alpari.

Toute durée «supérieure à 5 jours aura probablement un impact matériel sur la croissance du quatrième trimestre», estiment néanmoins ceux de Forex.com, évoquant une hausse du déficit et un impact sur la confiance des acteurs économiques.

«Nous sommes dans une reprise fragile de l'économie mondiale, avec deux moteurs, les Etats-Unis et la Chine, qui sont hésitants. Les deux peuvent à tout moment basculer» et cela aurait des conséquences pour le reste de la planète, rappelle Frédérik Ducrozet, économiste pour Crédit Agricole CIB.

L'échéance du 17 octobre

Les tensions actuelles ne sont qu'un amuse-gueule comparé au vrai danger, celui d'une impasse sur le relèvement légal du plafond de la dette, qui, en l'absence d'une accord entre républicains et Démocrates, risque d'avoir des conséquences beaucoup plus larges.

«Les investisseurs restent surtout focalisés sur les négociations autour du relèvement du plafond de la dette avant le 17 octobre», estiment les analystes d'Aurel BGC. «Un échec peut avoir des conséquences sérieuses» pour l'image financière des Etats-Unis dans le monde, selon Rabobank. Si le plafond de la dette n'était pas relevé d'ici la mi-octobre, les Etats-Unis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant