Etats-Unis: l'avenir doré des jeux de casino en ligne

le
0
Etats-Unis: l'avenir doré des jeux de casino en ligne
Etats-Unis: l'avenir doré des jeux de casino en ligne

Les jeux de casino en ligne, qui pourraient générer plusieurs milliards de dollars de revenus d'ici 2020, sortent de l'ombre aux Etats-Unis, où ils sont autorisés par un nombre grandissant d'Etats, mais le risque d'abus n'est pas écarté.Le 26 novembre, les dés seront jetés pour le New Jersey, Etat de l'est du pays, qui va rendre légale la pratique des paris et jeux de hasard sur internet. Actuellement, seuls deux Etats les autorisent: le Nevada, terre désertique de l'Ouest américain abritant Las Vegas, et le petit Delaware, sur la côte Est.Depuis l'annonce en 2011 par le gouvernement fédéral qu'il ne bloquerait plus la plupart des jeux d'argent en ligne, d'autres Etats envisagent de les tolérer, comme la Californie (ouest), l'Illinois (nord) et la Pennsylvanie (est)."Dans les dix années à venir, nous allons voir de plus en plus d'Etats les accepter", prédit I. Nelson Rose, professeur à la Whittier Law School.Selon une étude de la banque américaine Morgan Stanley de cette année, les jeux d'argent en ligne autorisés aux Etats-Unis devraient générer 670 millions de dollars en 2014, un chiffre pouvant grimper jusqu'à 9,3 milliards en 2020.Le lancement des casinos sur internet dans une poignée d'Etats va "déclencher une vague d'intérêt de la part d'investisseurs (...) et inciter de nouveaux Etats à faire pareil" pour en tirer des bénéfices, estime l'analyste Vaughan Lewis.La législation américaine sur les casinos varie d'un Etat à l'autre. Si les casinos étaient autorisés il y a quelques décennies que dans le Nevada, le New Jersey les a ensuite légalisés à Atlantic City à partir des années 1970. De nombreux Etats disposent par ailleurs aujourd'hui de casinos au sein des réserves indiennes.S'agissant des casinos en ligne, le système fonctionne via des technologies de géolocalisation qui font que les joueurs doivent être physiquement présents dans l'Etat en question (autorisant les jeux sur internet) pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant