Etats-Unis : Jimmy Carter se dit atteint d'un cancer au cerveau

le
0
Etats-Unis : Jimmy Carter se dit atteint d'un cancer au cerveau
Etats-Unis : Jimmy Carter se dit atteint d'un cancer au cerveau

L'ancien président américain et prix Nobel de la Paix Jimmy Carter, 90 ans, a annoncé jeudi, lors d'une conférence de presse chargée d'émotion, qu'il entamait une radiothérapie pour traiter de petites tumeurs cancéreuses au cerveau.

Affichant durant 40 minutes une grande sérénité et faisant preuve de beaucoup de précision dans ses explications médicales, le 39e président américain (1977-1981), artisan des accords de Camp David, a expliqué que son cancer, décelé lors d'une opération destinée à retirer une tumeur au foie, s'était propagé dans son cerveau.

«Je vais recevoir mes premières radiations pour les mélanomes cet après-midi», a déclaré Jimmy Carter, qui fait partie des quatre anciens présidents américains toujours en vie, avec George H.W. Bush, George W. Bush et Bill Clinton. «Il est probable que (les métastases) apparaissent ailleurs dans mon corps», a-t-il poursuivi depuis le siège du Carter Center qu'il a créé il y a plus de 30 ans à Atlanta, dans le sud-est des Etats-Unis.

Il avait multiplié les missions humanitaires

Depuis son départ de la Maison Blanche en 1981 après une cinglante défaite face au républicain Ronald Reagan, il s'est trouvé une vocation d'homme de paix en multipliant les missions humanitaires et de médiation, de Cuba à la Corée du Nord en passant par l'Ethiopie.

La fin de sa présidence a été profondément marquée par le cauchemar de la prise d'otages américains en Iran en 1979-80, qui lui avait valu une réputation de faiblesse et de naïveté sur le plan international et de nombreux détracteurs dans son pays.

Evoquant quatre séances de traitement à intervalles de trois semaines, il a expliqué que ses médecins avaient identifié quatre petits mélanomes de 2 millimètres. «Je vais essayer autant que possible de continuer à enseigner à l'université d'Emory (Atlanta) et participer à certaines réunions (du Carter Center)», a-t-il poursuivi, tout en soulignant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant