Etats-Unis : Jeb Bush, «frère» et «fils de», lance sa campagne pour 2016

le , mis à jour à 22:35
1
Etats-Unis : Jeb Bush, «frère» et «fils de», lance sa campagne pour 2016
Etats-Unis : Jeb Bush, «frère» et «fils de», lance sa campagne pour 2016

Ce n'est un secret pour personne, surtout après la mise en ligne, début juin, d'un site web sans équivoque : jebannouncement.com (en français : «l'annonce de Jeb»). Jeb Bush, candidat aux primaires républicaines pour la Maison Blanche en 2016, va mettre fin ce lundi au faux suspense en lançant formellement sa campagne présidentielle, sur les pas de son frère et de son père.

L'ancien gouverneur de Floride a donné rendez-vous à ses soutiens pour un discours à 15 heures (21 heures à Paris) sur un campus de l'université Miami-Dade College, ville où il vit. C'est aussi en Floride que sa carrière politique a commencé, comme gouverneur de 1999 à 2007, une expérience qu'il entend faire valoir pour se distinguer de son illustre famille et convaincre les Américains de son mérite propre.

Officiellement, John Ellis Bush, 62 ans, ne faisait qu'explorer depuis six mois la possibilité d'une candidature, mais celle-ci ne fait aucun doute, le candidat levant des fonds tous azimuts et multipliant les déplacements dans les Etats stratégiques des primaires de 2016. Il évoque même sans précaution son statut de candidat, et a déjà rendu public son logo de campagne, un «Jeb !» omettant son nom de famille.

pic.twitter.com/PTcgx420KC— Jeb Bush (@JebBush)— Juin 2015

«Différent» de son frère

«Mon travail de candidat est d'être le meilleur candidat, de persuader les gens que les idées qui sont les miennes et mes qualités de leadership sont ce dont l'avenir de ce pays a besoin», a-t-il dit à la chaîne NBC samedi à Tallinn, en Estonie, où il a terminé une tournée européenne avec Berlin et Varsovie.

Que dira-t-il lundi ? «J'espère que le message sera plein d'espoir et optimiste, pas trop alourdi par le passé», a déclaré Jeb Bush vendredi aux journalistes qui l'accompagnaient.

Le leadeur républicain n'a pas envie de s'attarder sur la présidence de George W. Bush. Certes, il répète souvent son admiration ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7989149 le lundi 15 juin 2015 à 14:51

    Clinton, Bush... une vraie democratie... bravo!