Etats-Unis : Jeb Bush et le camp Clinton s'affrontent sur l'Irak

le
0
Etats-Unis : Jeb Bush et le camp Clinton s'affrontent sur l'Irak
Etats-Unis : Jeb Bush et le camp Clinton s'affrontent sur l'Irak

Passe d'armes entre Jeb Bush et l'entourage de Hillary Clinton. Les candidats à l'élection présidentielle 2016 ont croisé le fer sur l'Irak mardi, le Républicain n'écartant pas dans un discours la possibilité d'augmenter de renforcer les troupes américaines dans le pays s'il était élu.

Douze ans après que le président George W. Bush eut mené les Etats-Unis dans un conflit contesté, son frère, l'un des candidats du camp républicain, a accusé les démocrates d'avoir abandonné l'Irak avant d'avoir terminé le travail de reconstruction du pays. Selon Jeb Bush, l'administration Obama, dont sa rivale démocrate est l'ex-secrétaire d'Etat, a permis l'émergence du groupe Etat islamique en retirant trop tôt les troupes américaines d'Irak.

«C'était une erreur fatale», a-t-il martelé lors d'un discours de politique étrangère en Californie à la Reagan Library, dénonçant «une précipitation aveugle». «Où était Madame Clinton pendant tout ce temps ?», a-t-il interrogé, faisant remarquer qu'elle ne s'était rendue qu'une fois en Irak lorsqu'elle était à la tête de la diplomatie américaine.

"In all her record-setting travels, [@HillaryClinton] stopped by Iraq exactly once." – Jeb pic.twitter.com/qEiO8e6yA7— Jeb Bush (@JebBush) 12 Août 2015

A qui la faute ?

L'Irak a contribué à coûter à Hillary Clinton la victoire aux primaires démocrates en 2008 face à Barack Obama, qui s'était opposé à cette entrée en guerre. En 2002, Clinton, alors sénatrice de l'Etat de New York, avait voté en faveur de l'invasion, estimant par la suite que cela avait été une erreur. Mardi, son équipe de campagne est montée au front pour défendre son bilan.

Son conseiller en politique étrangère Jake Sullivan - qui pourrait devenir son conseiller à la sécurité nationale si elle était élue - a accusé Jeb Bush de s'essayer à «une tentative audacieuse de réécrire l'histoire». «(Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant