Etats-Unis : finalement, Trump n'a pas l'intention d'envoyer Clinton en prison

le , mis à jour à 22:30
0
Etats-Unis : finalement, Trump n'a pas l'intention d'envoyer Clinton en prison
Etats-Unis : finalement, Trump n'a pas l'intention d'envoyer Clinton en prison

«Enfermez-la ! Enfermez-la !». La perspective de voir Hillary Clinton derrière les barreaux enthousiasmait les partisans de Donald Trump durant la campagne électorale. Ils risquent d'être déçus par les dernières déclarations du président élu, qui a laissé entendre que son administration ne comptait pas poursuivre Hillary Clinton dans l'affaire de ses mails ou sur sa fondation.

«J'aurais plutôt tendance, quel que soit le pouvoir que j'ai en la matière, à dire "allons de l'avant". Ce sujet a été examiné depuis trop longtemps, jusqu'à la nausée», a affirmé le milliardaire, selon le tweet de Maggie Haberman, une journaliste du quotidien. «Je ne veux pas faire du mal aux Clinton, vraiment pas», a-t-il également déclaré. 

 

"My inclination would be for whatever power I have on the matter is to say let's go forward.This has been looked at for so long, ad nauseum"

— Maggie Haberman (@maggieNYT) 22 novembre 2016

 

Avant cet entretien, Kellyanne Conway, la directrice de campagne de Donald Trump, révélait déja les intentions du futur occupant du Bureau ovale. «Je pense que quand le président élu, qui est aussi à la tête de votre parti, vous dit qu'il ne souhaite pas continuer à enquêter sur ces accusations même avant d'être investi, cela lance un message très fort, sur le fond et la forme», a-t-elle déclaré sur la chaîne MSNBC. «Clinton doit toujours comprendre qu'une majorité d'Américains ne la considèrent pas comme quelqu'un d'honnête ou digne de confiance», a ajouté Kellyanne Conway. Mais «si Donald Trump peut l'aider à tourner la page, c'est peut être la bonne chose à faire».

 

«Elle doit aller en prison», avait martelé Trump lors de ses meetings de campagne. Lors du second débat présidentiel, Donald Trump avait menacé Clinton de demander à son ministre de la Justice de nommer un procureur spécial pour enquêter sur l'affaire du serveur privé. «C'est une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant