États-Unis et Europe à égalité face à la crise financière 

le
0
L'équation politique américaine est d'autant plus délicate que la situation économique, monétaire et financière paraît plus incertaine que jamais.

Le facteur frappe toujours trois fois. Après Standard & Poors qui, en avril dernier, avait dégradé de «stable» à «négative» la perspective de la dette du Trésor américain, puis Moody's la semaine dernière, c'est au tour de l'agence de notation Fitch de s'inquiéter de l'état des finances publiques. Ce nouveau coup de semonce a été reçu avec un certain sang-froid sur les marchés financiers. Ni le dollar ni le rendement des bons du Trésor n'ont véritablement réagi. Le billet vert s'est même redressé vis-à-vis de l'euro, tout en fléchissant par rapport au yen japonais et au franc suisse, qui font désormais office de valeurs refuges.

La raison en est que l'avertissement des trois agences de notation s'adresse essentiellement au personnel politique américain. «Il y a un risque accru que la Maison-Blanche et le Congrès américain ne parviennent à se mettre d'accord pour relever le plafond de la dette», avait estimé Standard & Poors il y a un mois et

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant