Etats-Unis : entre Trump et Clinton, la surenchère sociale

le , mis à jour à 08:47
0
Etats-Unis : entre Trump et Clinton, la surenchère sociale
Etats-Unis : entre Trump et Clinton, la surenchère sociale

En 2008, Barack Obama symbolisait la réussite du rêve américain. Huit ans après, c'est sa fracture qu'incarnent Donald Trump et Hillary Clinton. Malgré sa croissance retrouvée, l'Amérique est plus que jamais travaillée par les inégalités, ses 47 millions de pauvres qui cohabitent avec 3 millions d'ultra-riches. Pour la première fois depuis 1965 et the Great Society du président Johnson, la question sociale s'impose au pays roi du capitalisme jusqu'à devenir le moteur de la campagne présidentielle, loin devant le racisme, les droits des minorités et la sécurité. Si le populiste Donald Trump a pris le dessus sur tous les caciques républicains, c'est que lui seul a réussi à traduire les frustrations et les attentes de ces 40 % d'Américains laissés au bord du chemin par la désindustrialisation et ruinés par la crise financière de 2008.

 

Lundi soir, son discours à Detroit, capitale sinistrée de l'automobile, conjuguait relance libérale (baisse de l'impôt sur les sociétés) et mesures iconoclastes en direction des « petits Blancs » vivant de bons d'alimentation (protectionnisme et aides aux familles les plus défavorisées).

 

La candidate démocrate a dû «gauchir» son programme

 

Jeudi, Hillary Clinton lancera sa contre-offensive — encore à Detroit ! — avec comme propositions la hausse du salaire minimum, la gratuité des études universitaires pour les plus modestes et l'élargissement de la protection maladie... Un programme que l'ex-first lady a dû « gauchir », contrainte par les 40 % d'électeurs démocrates qui avaient hissé Bernie Sanders au seuil de la victoire des primaires du parti.

 

Simple tactique électorale de la part des deux candidats en lice pour la Maison-Blanche ? Pas seulement. Des métallurgistes en mal d'emploi aux employés de McDo en lutte pour un salaire décent, en passant par les étudiants mobilisés pour un gel des frais de scolarité, la lutte contre les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant