États-Unis : Ebola et le Secret Service affolent les Américains

le
0
Une équipe de nettoyeurs s'est finalement occupée de l'appartement de Thomas Eric Duncan le 3 octobre, soit huit jours après son premier passage aux urgences de Dallas.
Une équipe de nettoyeurs s'est finalement occupée de l'appartement de Thomas Eric Duncan le 3 octobre, soit huit jours après son premier passage aux urgences de Dallas.

Ebola : gravissime série de cafouillages à DallasDepuis le début de l'épidémie du virus Ebola, il y a six mois, les hôpitaux américains sont sur le qui-vive et ont tous organisé des exercices d'alerte en cas d'arrivée d'un patient atteint des symptômes. Apparemment, cela n'a pas suffi. Lorsque le 25 septembre, Thomas Eric Duncan, un Noir de 42 ans qui venait du Liberia, s'est présenté aux urgences du Texas Health Presbyterian Hospital, se plaignant de fièvre et de douleurs abdominales, on l'a laissé repartir chez lui avec des antibiotiques. Deux jours plus tard, il est revenu et, cette fois, les médecins ont diagnostiqué le virus Ebola, le premier cas déclaré sur le sol américain. Les responsables de l'hôpital se justifient en expliquant que c'est la faute de la procédure informatique d'enregistrement des patients. L'infirmière qui s'est occupée en premier de Duncan savait qu'il arrivait du Liberia, mais ce n'est pas apparu sur le dossier donné au médecin qui l'a examiné. Mais il n'y a pas que l'hôpital qui a cafouillé. Une semaine après que Thomas Eric Duncan fut tombé malade, et quatre jours après son placement en quarantaine, l'appartement dans lequel il vivait avec des membres de sa famille n'avait toujours pas été désinfecté et les draps et les serviettes n'avaient pas été jetés. Les autorités ont reconnu piteusement qu'elles avaient eu du mal à trouver une entreprise de nettoyage qui accepte le boulot. Dans le même...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant