Etats-Unis : Donald Trump reçoit Mitt Romney qui l'avait traité de « charlatan »

le , mis à jour le
0
Etats-Unis : Donald Trump reçoit Mitt Romney qui l'avait traité de « charlatan »
Etats-Unis : Donald Trump reçoit Mitt Romney qui l'avait traité de « charlatan »

Est-ce un futur ministre des Affaires étrangères qui a rendu visite ce samedi au président élu Donald Trump dans son golf du New Jersey ou s'agissait-il d'une simple visite de courtoisie pour panser les plaies du parti Républicain après une campagne acrimonieuse ? Toujours est-il que Mitt Romney, l'ancien candidat républicain malheureux à la présidence des Etats-Unis il y a quatre ans, a bien rencontré ce samedi le milliardaire qui poursuit ses consultations pour former le prochain gouvernement américain.

 

Le possible futur secrétaire d'Etat

 

«Donald Trump est un charlatan, un imposteur. Ses promesses ne valent pas mieux qu'un diplôme de l'université Trump. Il prend les Américains pour des pigeons», avait déclaré Mitt Romney, 69 ans, pendant la campagne. Cet ancien homme d'affaires et ancien gouverneur du Massachusetts, qui vivait depuis 2012 en relative réserve de la politique, n'en était sorti en mars dernier que pour dénoncer l'ascension du candidat Donald Trump, dans un discours au vitriol. Il passe aujourd'hui pour un candidat sérieux à la tête du département d'Etat, le ministère américain des Affaires étrangères, un poste pour lequel l'ancien maire de New York Rudolph Guiliani avait un temps été pressenti. 

 

Des désaccords importants sur la Russie

 

Les deux hommes ne pourraient pas être plus différents sur le style, Mitt Romney étant un patricien mormon au langage châtié. Mitt Romney appartient aussi à l'establishment républicain contre lequel Donald Trump a bâti son succès. S'il était nommé secrétaire d'Etat, le poste le plus important dans l'ordre protocolaire après le vice-président, Mitt Romney pourrait s'appuyer sur sa forte notoriété mondiale, bien qu'il n'ait quasiment pas d'expérience de la diplomatie. Encore faudrait-il qu'il s'accorde sur le fond avec Donald Trump, notamment sur la Russie. Alors que le prochain président multiplie les paroles de conciliation à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant