États-Unis : des rabbins aux méthodes bien peu orthodoxes !

le
0
Une cérémonie dans la communauté juive hassidique de New York (Photo d'illustration).
Une cérémonie dans la communauté juive hassidique de New York (Photo d'illustration).

À Brooklyn, le rabbin Mendel Epstein avait une spécialité. Il défendait les femmes dans des affaires de divorce auprès des tribunaux religieux. Chez les juifs orthodoxes, c'est le mari seul qui peut accorder le divorce en donnant à sa femme une permission appelée le "gett". Or, il arrive qu'il refuse par vengeance, parce qu'il exige de l'argent, la garde des enfants... Ces femmes, les agunah, comme on les appelle, un mot hébreu qui signifie "femme enchaînée", se retrouvent donc dans une situation impossible. Elles sont souvent ostracisées et n'ont pas le droit de se remarier. Pour faire céder les maris, une pratique courante consiste à leur interdire l'accès à la synagogue, on publie aussi leur nom dans des journaux lus par la communauté, afin de les humilier.Le rabbin Epstein, 68 ans, avait mis au point des méthodes plus musclées, selon la police. Il faisait enlever et torturer les maris récalcitrants contre espèces sonnantes et trébuchantes. Il demandait 10 000 dollars pour que le tribunal religieux l'autorise à avoir recours à la violence et 50 000 dollars pour embaucher des hommes de main.

La torture, mais dans les règles

En août dernier, deux agents du FBI, l'un se présentant comme une femme malheureuse, l'autre comme son frère, prennent contact avec Martin Wolmark, 55 ans, un rabbin respecté de Monsey, dans l'État de New York. Ils lui disent qu'ils veulent "désespérément un divorce religieux et qu'ils sont prêts à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant