Etats-Unis : des plaintes d'anciens chauffeurs conduisent Uber au tribunal

le
0
Etats-Unis : des plaintes d'anciens chauffeurs conduisent Uber au tribunal
Etats-Unis : des plaintes d'anciens chauffeurs conduisent Uber au tribunal

A quelques semaines de la décision finale de la cour d'appel de Paris sur l'éventuelle interdiction de la plateforme Uber-POP, le géant américain des transports voit s'ouvrir un nouveau front judiciaire dans son pays d'origine. Son modèle économique pourrait bien vaciller après un procès retentissant de type « class action ».

Un juge de San Francisco (Californie) a en effet autorisé mardi un recours collectif de conducteurs pour le service de réservation de voitures avec chauffeur Uber. Ceux-ci demandent à être reconnus comme des salariés de la riche startup américaine et non des travailleurs indépendants. En cas de victoire des plaignants, c'est le phénomène d'«uberisation» de l'économie (comprendre un modèle économique basé sur des individus indépendants qui vendent directement leurs services) qui devrait ralentir au passage.

Pour l'heure, la justice ne se prononce pas sur le fond mais estime que la question peut bien être tranchée dans le cadre d'une action de groupe.

Si les plaignants obtiennent gain de cause lors du procès, cela pourrait mettre en péril un des fondements du modèle économique de Uber, aujourd'hui une des startups les plus en vue de la Silicon Valley avec une valorisation estimée autour de 50 milliards de dollars (44,3 milliards d'euros).

Des centaines de chauffeurs concernées

La plainte, déposée au nom de quatre anciens ou actuels conducteurs pour Uber, fait valoir que ces derniers sont considérés par la PME comme des travailleurs indépendants, mais qu'ils sont soumis à toute une série d'obligations et de notations et peuvent être renvoyés s'ils ne les respectent pas, ce qui les fait rentrer dans la catégorie des salariés.

Ce recours en nom collectif s'appliquera aux centaines de personnes - sur 160 000 chauffeurs - ayant conduit depuis le 16 août 2009 en Californie pour plusieurs déclinaisons du service (UberBlack, UberX et UberSUV), s'étant inscrites sous leur nom ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant