Etats-Unis: amende de 835 millions de dollars contre l'opérateur Vimpelcom pour corruption

le
0
Etats-Unis: amende de 835 millions de dollars contre l'opérateur Vimpelcom pour corruption
Etats-Unis: amende de 835 millions de dollars contre l'opérateur Vimpelcom pour corruption

L'opérateur télécoms russe Vimpelcom, dirigé par l'ancien patron de SFR Jean-Yves Charlier, a écopé d'une amende de 835 millions de dollars à l'issue de poursuites pour corruption aux Etats-Unis, un dossier qui pourrait aboutir à des inculpations individuelles.L'accord a été annoncé jeudi au moment où le département américain de la Justice (DoJ) déposait une requête pour obtenir la confiscation de comptes bancaires en Suisse détenant 550 millions de dollars. Cet argent "constitue des pots-de-vins versés par Vimpelcom et deux sociétés de télécoms distinctes (...) à un responsable ouzbek", accuse le ministère.Le "responsable", décrit comme "un proche d'un haut responsable gouvernemental ouzbek", semble correspondre à la fille du président ouzbek, Goulnara Karimova, dont le nom était déjà cité par la presse américaine dans ce dossier."Nous ne faisons pas de commentaire sur l'identité des personnes tant qu'elles ne sont pas personnellement traînées en justice", a botté en touche Leslie Caldwell, ministre adjointe de la Justice, lors d'une conférence de presse téléphonique.Vimpelcom, l'opérateur nordique Teliasonera AB et l'opérateur mobile Telesystems, omniprésent en Europe de l'Est, ont versé plus de 800 millions de dollars à des sociétés écrans contrôlées par le responsable en question afin d'obtenir des licences de téléphonie en Ouzbékistan, accuse le DoJ.Vimpelcom, société cotée à New York et détenue en majorité par le milliardaire russe Mikhaïl Fridman, a notamment versé quelque 114 millions de dollars de pots-de-vin à ce responsable ouzbek entre 2006 et 2012, selon les enquêteurs américains et néerlandais.Ces "pots-de-vin à l'ancienne, dissimulés au travers de faux contrats et de donations pour des oeuvres caritatives, ont truffé les comptes du groupe d'inexactitudes", affirme de son côté Andrew Ceresney, un des responsables de l'autorité des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant