Etats-Unis : accord sur le budget, pas de nouveau «shutdown» en vue

le
0
Etats-Unis : accord sur le budget, pas de nouveau «shutdown» en vue
Etats-Unis : accord sur le budget, pas de nouveau «shutdown» en vue

Le Congrès, parlement des Etats-Unis réunissant les deux chambres, a trouvé lundi soir un accord sur la monumentale loi de finances de l'exercice budgétaire 2014. Le spectre d'une nouvelle paralysie de l'administration fédérale (un «shutdown») semble donc écarté.

Les négociateurs ont rendu public le projet de loi de finances qui fixe ligne par ligne les dépenses de chaque agence fédérale pour l'exercice 2014, qui se termine le 30 septembre. Le texte comporte pas moins de 1 582 pages ! Les négociateurs se sont déclarés satisfaits d'avoir trouvé un accord qui «garde les administrations ouvertes et élimine l'incertitude et l'instabilité économique».

En octobre 2013, les administrations fédérales ont été fermées partiellement pendant seize jours car républicains et démocrates, qui dominent respectivement la Chambre et le Sénat, s'opposaient sur le budget. L'accord de sortie de crise du 16 octobre a financé le gouvernement jusqu'au mercredi 15 janvier inclus. Les négociations sur l'accord trouvé lundi ayant duré plus longtemps que prévu, la Chambre des représentants devrait adopter ce mardi une micro-loi de finances de trois jours pour repousser à samedi l'échéance du 15 janvier.

Un contexte économique favorable

Démocrates et républicains se sont en fait accordés sur les dépenses dites «discrétionnaires», soit environ 1 000 milliards de dollars (750 milliards d'euros), hors budget social et opérations militaires extérieure. Ce budget «discrétionnaire» ne représente qu'environ un tiers des dépenses publiques fédérales. Elles n'incluent pas les dépenses dites «obligatoires» (retraite, santé, certaines aides sociales...), qui devraient s'éléver à 2 196 milliards en 2014 (1 625 milliards d'euros), selon la dernière estimation du Bureau du Budget du Congrès (CBO).

Cet accord sur le budget s'inscrit dans un contexte économique favorable pour les Etats-Unis. D'une part, le déficit de l'Etat doit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant