Etats-Unis : 50 ans après un massacre, le Texas autorise les armes dans les facs

le
0
Etats-Unis : 50 ans après un massacre, le Texas autorise les armes dans les facs
Etats-Unis : 50 ans après un massacre, le Texas autorise les armes dans les facs

Le port d'armes dans les universités du Texas est autorisé depuis lundi. La nouvelle législation stipule que chaque campus de cet Etat du sud des Etats-Unis doit permettre le port dissimulé d'une arme à feu, mais il peut limiter les lieux où cette mesure s'applique. 

Cette autorisation, qui ne concerne pas les établissements privés, suscite d'autant plus de remous qu'elle intervient le jour des 50 ans d'une fusillade de masse dans... une université texane. En 1966, Charles Whitman, un ancien tireur d'élite de l'armée, avait tué sa mère et sa femme, avant de tirer pendant 90 minutes depuis la tour de l'horloge d'un campus situé à Austin, la capitale de l'Etat. Bilan total : 17 morts. Une sculpture a été dévoilée lundi en hommage aux victimes.

 

 

On the samedaycampus carry becameTexas law, UT marked50 yearssincethe towershootinghttps://t.co/uFjvkaAfZD pic.twitter.com/0O2MTaunEv

— Dallas MorningNews (@dallasnews) August 2, 2016

 

 

50 YearsAfterTexas CollegeShooting, 'Campus-Carry' BecomesLaw https://t.co/RKtHOHscPK

— NPR (@NPR) August 1, 2016

 

Si l'actuel président de cette université, Gregory Fenves, s'attend à ce que la mesure passe quasi-inaperçue sur ce campus, des professeurs ont exprimé leurs craintes. Trois d'entre eux ont lancé des poursuites, affirmant que leur droit à la liberté de parole serait bafoué à cause de l'atmosphère de crainte engendrée par des étudiants armés, nuisant à l'expression des idées. 

« J'ai peur de cette association: stress des partiels, maladie mentale non diagnostiquée et possibilité d'être armé dans l'enceinte de l'université»

Seema yasmin, enseignante

Dans une récente tribune au journal Dallas Morning News, une enseignante d'une université publique de Dallas a partagé ses inquiétudes. «Je n'ai pas peur des armes à feu. J'ai peur de cette association: stress des partiels, maladie mentale non diagnostiquée et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant