Etat palestinien : Fabius donne deux ans pour une reconnaissance

le
0
Etat palestinien : Fabius donne deux ans pour une reconnaissance
Etat palestinien : Fabius donne deux ans pour une reconnaissance

Les débats auront duré près de deux heures et, malgré une Assemblée clairsemée, la discussion sur la reconnaissance d'un Etat palestinien a été conduite avec passion. Le président du groupe socialiste Bruno Le Roux, a eu beau affirmer en préambule que la démarche du Parlement se devait d'être humble parce que «si notre force est d'être la voix de la souveraineté française, elle ne peut à elle seule inverser le cours des choses». «Est-ce que nous oserons seulement y croire ?», a-t-il demandé aux députés présents. Et de souligner : «L'objet de notre vote mardi, ce n'est pas un débat de politique intérieure. L'enjeu, c'est de peser ensemble. Nous sommes la France, notre voix porte dans le monde.»  

Démarche dangereuse et politicienne, ont répondu Pierre Lellouche et Claude Goasguen pour l'UMP, ainsi que Meyer Habib (UDI). «Honte à vous», a crié Gilbert Collard (FN) tandis qu'Axel Poniatowski (UMP) semblait pour la résolution, emportant les applaudissements des députés de gauche présents. 

Le député de Paris Pierre Lellouche a mis en garde Laurent Fabius, qui assistait au débat : ce texte «n'aidera nullement le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à régler son problème n°1, qui est d'asseoir son autorité sur le Hamas». Et d'ajouter, lapidaire, que cette démarche «vaudrait reconnaissance parlementaire du terrorisme». «La résolution est contre-productive et irresponsable», pour Meyer Habib (UDI - Français de l'étranger).

L'avocat Gilbert Collard, député FN non encarté du Gard, a haussé le ton. «Cette résolution, a-t-il plaidé, va créer de graves tensions dans le pays. Elle est irrecevable, irréaliste et n'a pour but que de vous fournir l'orthopédie de combats idéologiques qui aujourd'hui vous font défaut, pour reconquérir les banlieues qui vous rejettent». Claude Goasguen opine dans les rangs de la droite. «Je n'ignore pas les souffrances du peuple palestinien mais je ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant