État islamique, PKK : la Turquie prise au piège

le
1
Recep Tayyip Erdogan paie cher la relative tolérance dont il a longtemps fait preuve envers les djihadistes de l'État islamique. 
Recep Tayyip Erdogan paie cher la relative tolérance dont il a longtemps fait preuve envers les djihadistes de l'État islamique. 

À peine le monde a-t-il salué le revirement de la Turquie dans la lutte contre l'organisation État islamique (EI) qu'Ankara est retombée dans ses contradictions. Au soir même des premières frappes aériennes contre les djihadistes de l'EI en Syrie, après l'attentat-suicide meurtrier qui a frappé le pays à Suruç, l'armée turque a attaqué la base arrière du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en Irak. Depuis, les autorités turques ont arrêté sur leur sol au moins 900 individus, aussi bien des partisans de l'EI que des membres du PKK. Or, les combattants kurdes demeurent pourtant le premier adversaire des djihadistes sur le terrain. Et l'allié privilégié de la coalition internationale anti-EI.

"Cela symbolise toute l'ambiguïté turque depuis trois ans en Syrie", souligne Jean Marcou, directeur des relations internationales de l'Institut d'études politiques de Grenoble et coéditeur du site de l'Observatoire de la vie politique turque. "À savoir que la Turquie pourchasse autant les djihadistes que les combattants du PKK." "L'État turc n'avait pas le choix", rétorque un haut diplomate turc. "Ankara devait riposter à l'EI après l'attentat de Suruç, mais aussi l'attaque djihadiste contre un poste frontalier de l'armée dans la région de Kilis (Sud, un sous-officier tué). Pour ce qui est du PKK, l'État devait réagir après l'assassinat de deux policiers à leur domicile de Ceylanpinar (Sud-Est)".

"Tolérance" turque envers l'EI...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2687570 le mardi 28 juil 2015 à 07:29

    il fait nuageux ce matin, ca vous va mr le censeur ?