Etat islamique : Obama admet que les Etats-Unis ont «sous-estimé» la menace

le
1
Etat islamique : Obama admet que les Etats-Unis ont «sous-estimé» la menace
Etat islamique : Obama admet que les Etats-Unis ont «sous-estimé» la menace

Les Etats-Unis reconnaissent s'être trompés. Alors que les bombardements se poursuivent contre l'Etat islamique (EI), qui contrôle une partie des territoires syriens et irakiens, le président américain, Barack Obama, a reconnu dans la nuit de dimanche à lundi que Washington avait «sous-estimé» la menace représentée par l'EI.

Sur le terrain, un complexe gazier aux mains de l'EI a, entre autres, été bombardé. Et la Turquie devrait rejoindre cette semaine la coalition internationale sous une forme qui reste à déterminer.

Les Etats-Unis ont tardé à réagir. Le président américain, Barack Obama, a admis dans la nuit de dimanche à lundi que les Etats-Unis avaient sous-estimé le fait que le chaos en Syrie pourrait fournir un terrain propice à l'émergence de groupes jihadistes comme l'Etat islamique (EI). «Le chef de notre renseignement, Jim Clapper, a reconnu qu'ils avaient sous-estimé ce qu'il se passait en Syrie», a-t-il déclaré sur la chaîne CBS News. Interrogé pour savoir si Washington avait aussi sur-estimé la capacité ou la volonté de l'armée irakienne de combattre les jihadistes, le président américain a répondu : «C'est vrai, c'est tout à fait vrai.»

Barack Obama a également qualifié la Syrie de «Ground Zero pour les jihadistes à travers le monde». L'expression «ground zero» renvoie tout à la fois à la notion d'explosion, mais aussi au nom donné au lieu où se sont effondrées les tours jumelles du World Trade Center à New York (Etats-Unis), le 11 septembre 2001, après que des avions détournés par des terroristes les ont percutées. 

Le président des Etats-Unis a par ailleurs estimé que les propagandistes de l'EI sont devenus «très calés» sur les médias sociaux et attirent en Europe, en Amérique, en Australie et dans les pays musulmans de nouvelles recrues «qui croient en leurs inepties jihadistes».

En Syrie, Raqa et Alep prises pour cible. La coalition internationale a mené ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le lundi 29 sept 2014 à 13:53

    "sous-estimé". Les USA sont les catalyseurs de ce mouvement, par leur comportement dans le monde entier.