Etat islamique : «La France n'a pas à caracoler au 1er rang», selon Chevènement

le
2
Etat islamique : «La France n'a pas à caracoler au 1er rang», selon Chevènement
Etat islamique : «La France n'a pas à caracoler au 1er rang», selon Chevènement

Le président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen et ancien ministre de la Défense, Jean-Pierre Chevènement, qui est également sénateur du Territoire de Belfort, avait démissionné du gouvernement Rocard en'91 pour protester contre la guerre du Golfe.

Que pensez-vous des déclarations de Barak Obama qui veut «?éradiquer?» l'Etat islamique ?

Jean-Pierre Chevènement : En dehors d'une extension des frappes américaines au territoire de la Syrie, les déclarations de Barak Obama restent vagues.

C'est peut être un changement d'échelle quant aux moyens engagés ?

C'est possible, mais les pré-requis d'une intervention d'ampleur ne me semblent pas réalisés. Il faut d'abord avoir outre l'autorisation du gouvernement irakien l'appui de forces armées constituées sur le terrain. Et puis on ne connait pas les contours d'une éventuelle coalition internationale qui pourrait compter, dit-on, une quarantaine de pays. Il me parait tout à fait décisif que, si une intervention a lieu à la demande du gouvernement irakien, elle soit autorisée par l'ONU. Plusieurs points restent dans l'ombre : est-ce que le gouvernement irakien, dit d'union nationale, va rallier tout ou partie des sunnites à sa cause ? Ne l'oublions pas, ce sont les ingérences occidentales qui ont détruit l'Etat irakien. Il y a eu la première guerre du Golfe, en'91, suivie d'un embargo meurtrier, puis la seconde guerre avec l'invasion américaine. L'Etat irakien a été détruit, son administration, sa police, son armée dissoutes. Avec Da'ech (NDLR : acronyme arabe de l'Etat islamique), les Occidentaux mais aussi, malheureusement, le peuple irakien récoltent les résultats d'une ingérence armée disproportionnée, violente, inconséquente, que j'avais dénoncée en son temps.

Il eût été préférable d'agir par la diplomatie, d'obtenir-ce qui était possible - le retrait des armées irakiennes du Koweit - et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wotan1 le vendredi 12 sept 2014 à 17:36

    le lion de Belfort a évidemment raison.Il y a tellement plus à faire à la maison que de jouer des muscles à l'étranger.

  • odnaz le vendredi 12 sept 2014 à 16:11

    C'est dommage que cet homme n'ait pas été libéral et du centre. Trop intelligent pour être PS, trop intelligent pour être UMP, mais même avec son étiquette gaucho je l'aime bien. Et puis un X ça a un esprit vif et déductif, ça sait compter, ça change un peu des énarques à la pensée formatée, à la créativité nulle, et aux costards-cravattes parfaits mais ringards. Il aurait pu être le Steve Jobs de la politique. Chapeau l'ami.