Etat islamique : «Il faut intervenir militairement, sans états d'âme», selon BHL

le
3
Etat islamique : «Il faut intervenir militairement, sans états d'âme», selon BHL
Etat islamique : «Il faut intervenir militairement, sans états d'âme», selon BHL

Bernard-Henri Lévy, écrivain et philosophe est l'auteur (chez Grasset) en 2003 de « Qui a tué Daniel Pearl ? », ce journaliste américain et juif décapité par ses ravisseurs au Pakistan en 2002.

Depuis des mois, l'Etat islamique (EI) se rend coupable d'actes de violence terribles. L'exécution de James Foley marque-t-elle un tournant dans l'horreur ?

BERNARD-HENRI LÉVY. Un tournant, je ne sais pas. Car il y a tout de même eu, il y a douze ans, le cas de Daniel Pearl. Et, en Irak même, ces dernières semaines, toutes ces décapitations, crucifixions, mutilations sexuelles de yézidis et de chrétiens. Mais un sommet, oui, sûrement. La mise à mort, la mise en scène, la mise de ces images, en direct, sur Internet, tout cela soulève le c½ur et marque un saut dans la cruauté mondialisée.

Vous avez consacré un livre au cas de Daniel Pearl. A quoi correspond, selon vous, ce recours à la décapitation ?

J'ai passé des mois au Pakistan à identifier les assassins de cet autre journaliste qui ressemblait à Foley comme un frère et qui s'appelait Daniel Pearl et à passer au crible leur discours. L'idée était très claire. Traiter sa victime comme une bête. L'égorger comme on égorge un animal. Le vider de son humanité en même temps qu'il se vide de son sang. Et puis, il faut imaginer la lame qui cherche, qui tâtonne, qui s'y reprend à plusieurs fois avant de trouver le point où elle pourra trancher : il y a aussi, dans tout ça, dans ce cérémonial abject, la volonté sadique que la victime vive sa mort, en face, et dans la pire des souffrances.

Une telle mise en scène ne peut que susciter l'indignation générale dans le monde. Que vise l'EI à procéder ainsi ?

Il faut croire que l'indignation n'est pas aussi générale que cela. Ou que les dirigeants de l'EI pensent qu'il y aura, dans le monde, nombre de pervers et de salopards pour trouver normal, voire héroïque, de tuer un homme ainsi. Quand je travaillais sur le cas de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Hammami8 le jeudi 21 aout 2014 à 16:53

    bhl , ou étais-tu pendant le mass acre de gaza ?on t'a point entendu , t'étais-tu cacher ?

  • Hammami8 le jeudi 21 aout 2014 à 16:51

    exactement ils résument ce que fait l'armé israélienne à gaza .

  • charleco le jeudi 21 aout 2014 à 13:34

    il ne faut rien dire contre BHL, c'est censuré!