Etat islamique : des chars turcs à la frontière syrienne, nouveaux fronts en Irak

le
0
Etat islamique : des chars turcs à la frontière syrienne, nouveaux fronts en Irak
Etat islamique : des chars turcs à la frontière syrienne, nouveaux fronts en Irak

L'engagement de la Turquie contre l'Etat islamique (EI) prend corps. Alors qu'elle débat cette semaine de son engagement au sein de la coalition internationale en lutte contre l'EI, Ankara, la capitale, a massé depuis lundi des chars à sa frontière avec la Syrie. Un décision motivée par des tirs d'obus qui se sont abattus sur son sol en provenance du territoire syrien.

Sur le terrain, les islamistes poursuivent leur progression vers la ville stratégique kurde d'Aïn al-Arab (Kobané en kurde). En Irak, les Kurdes ont lancé ce mardi une triple offensive contre eux. A l'autre bout du globe, l'Australie a procédé ce mardi à une nouvelle arrestation.

Bruits de bottes à la frontière entre la Turquie et la Syrie. Trois obus de mortier en provenance de la Syrie ont atteint la Turquie lundi. En réaction, Ankara a renforcé lundi son dispositif militaire autour du poste-frontière de Mursitpinar (sud) en y acheminant plus d'une dizaine de chars et de véhicules blindés.

Ces tirs de mortiers sont une conséquence de la pression qu'exerce l'EI sur la ville frontalière syrienne d'Aïn al-Arab. S'ils faisaient sauter ce verrou, les jihadistes contrôleraient une longue bande territoriale continue au nord de la Syrie, le long de la frontière turque. Ils ne sont plus qu'à quelques kilomètres du centre de la ville. La coalition internationale a effectué des frappes dans les environs d'Aïn al-Arab tôt ce mardi, à l'est et à l'ouest de la ville.

Un responsable kurde turc s'est rendu dans la ville assiégée ce mardi. Il a demandé à la Turquie d'intervenir au plus vite. «Nous avons traversé (la frontière) jusqu'à Kobané et nous y avons rencontré un responsable du PYD (la branche militaire du Parti kurde syrien de l'Union démocratique). Les terroristes n'étaient qu'à 2 km. Kobané est assiégée de tous les côtés par les combattants de l'EI. La Turquie peut réduire la déception qu'elle a causée dans sa population en intervenant. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant