Etat islamique : coup de filet antiterroriste en Australie, 15 arrestations

le
0
Etat islamique : coup de filet antiterroriste en Australie, 15 arrestations
Etat islamique : coup de filet antiterroriste en Australie, 15 arrestations

La lutte contre l'Etat islamique (EI) se mondialise. Alors qu'une coalition de 27 pays s'est constituée contre ce groupe terroriste qui occupe une partie des territoires syriens et irakiens, ce jeudi, c'est l'Australie qui s'attaque de front aux menaces sur son sol. 

Quinze personnes ont ainsi été arrêtées dans la plus vaste opération antiterroriste jamais organisée en Australie. Elles auraient eu l'intention de prendre pour cible des civils, voire d'en décapiter un.

Aux Etats-Unis, le président Barack Obama a obtenu le feu vert de la Chambre des représentants pour armer les rebelles syriens, en lute contre l'EI.

Vaste coup de filet en Australie. Plus de 800 policiers ont participé à des coups de filet menés à l'aube dans des banlieues de Sydney et Brisbane, en Australie. Ils ont interpellé 15 personnes soupçonnées de préparer «des actes de violence», selon la police. Les raids ont été décidés après l'interception d'un message d'un «Australien apparemment assez haut placé au sein de l'EI» exhortant «les réseaux de soutien en Australie» à y perpétrer des «meurtres» spectaculaires, a annoncé le Premier ministre, Tony Abbott. «Il ne s'agit donc pas seulement de soupçons mais d'intention», a-t-il ajouté.

Un suspect a été mis en examen et une arme a été saisie. Cette opération, la plus grande de ce type jamais organisée en Australie, survient une semaine à peine après que Canberra, la capitale, a relevé son niveau d'alerte face à la menace terroriste représentée par l'EI. Pour le ministre de l'Immigration, Scott Morrison, qui siège au conseil national de sécurité, l'opération de jeudi fait la preuve de «la menace très réelle» à laquelle l'Australie est confrontée et «justifie la réponse musclée du gouvernement».

Selon la télévision publique ABC, les suspects prévoyaient en particulier d'enlever un civil au hasard à Sydney, de l'envelopper dans un drapeau de l'Etat islamique et de le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant