Etat islamique : combats acharnés en Syrie à la frontière turque

le
0
Etat islamique : combats acharnés en Syrie à la frontière turque
Etat islamique : combats acharnés en Syrie à la frontière turque

Soutenus par des frappes de la coalition, les Kurdes défendent toujours ce mercredi la ville d'Aïn al-Arab, la troisième ville kurde de Syrie située à la frontière turque, face aux combattants de l'Etat islamique. Dans la nuit de mardi à mercredi, au moins neufs combattants kurdes et un jihadiste de l'EI seraient morts au cours des combats pour le contrôle de la ville.

Les affrontements se poursuivent également en Irak contre les jihadistes de l'EI au nord du pays, soutenus notamment par les Britanniques qui ont lancé leurs premières frappes contre l'Etat islamique. En Turquie, le gouvernement a finalement déposé un projet de mandat autorisant son armée à intervenir en Irak et en Syrie aux côtés de la coalition. Le texte sera débattu à partir de jeudi au Parlement.

Aïn al-Arab défendu bec et ongle par les Kurdes - La ville d'Aïn al-Arab est le théâtre de combats acharnés entre les forces kurdes et les combattants de l'EI. «Il y a juste une vallée qui sépare les jihadistes de la ville», a indiqué Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Selon cette ONG, au moins neuf combattants kurdes et un jihadiste de l'EI sont morts durant la nuit de mardi à mercredi. Des centaines de combattants kurdes, seulement armés de kalachnikovs, de mitrailleuses lourdes datant de l'époque soviétique et de lance-roquettes doivent faire face à des milliers de combattants jihadistes qui disposent de chars et d'artillerie lourde. 

«Bien qu'inférieurs en nombre et en armement, les combattants kurdes refusent de se retirer», explique Rami Abdel Rahmane. «C'est pour eux une question de vie ou de mort.» Les Kurdes sont soutenus par des avions de la coalition qui ont mené au moins cinq frappes contres les positions de l'EI sur la ligne de front, selon l'OSDH. Les combats sont suivis de prêts de l'autre côté de la frontière par les Kurdes vivant en Turquie. «La résistance continue ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant