Etat d'urgence et déchéance de nationalité : des rassemblements d'opposants à Paris et en province

le , mis à jour le
5

Environ un millier de personnes se sont rassemblées sous la pluie samedi après-midi, place de la République à Paris, pour dénoncer l'état d'urgence et le projet de déchéance de nationalité. Une manifestation ponctuée par un slogan de circonstance : «Le temps est pourri, le gouvernement aussi.» Outre le défilé parisien, des manifestations ont eu lieu à Marseille où un millier de manifestants se sont retrouvés dans la rue. A Toulouse (Haute-Garonne), ce sont près de 600 personnes qui se sont rassemblées dans le centre-ville, 400 selon la police. Une centaine de personnes ont également manifesté en fin de matinée à à Pau et Bayonne, selon la préfecture. En France, ce sont en tout 70 villes à être mobilisées sous la même bannière. Ces manifestations sont organisées alors que le gouvernement veut prolonger de trois mois supplémentaires l'état d'urgence, qui devait prendre fin le 26 février. Le projet est présenté mercredi en conseil des ministres.

Le cortège de la manif contre l'etat d'urgence quitte #Republique à l'instant. #StopEtatdUrgence #Paris pic.twitter.com/cUJw6FwJYT— Remy Buisine (@RemyBuisine) 30 Janvier 2016

Tous demandent la levée immédiate de l'état d'urgence, instauré après les attentats du 13 novembre 2015, et l'abandon du projet de déchéance de nationalité pour les personnes condamnées pour des activités terroristes, «des mesures qui heurtent et mettent à mal nos libertés au nom d'une hypothétique sécurité», selon un communiqué des collectifs. C'est sur ce «désaccord politique majeur» que la garde des Sceaux Christiane Taubira a démissionné mercredi.

«On fait d'une loi d'exception une loi permanente»

«Sous prétexte de lutte contre le terrorisme, nous vivons un coup d'état permanent marqué par l'arbitraire et la censure», a déclaré une manifestante parisienne qui dit s'appeler Camille. Quant au projet sur la déchéance de nationalité, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM il y a 10 mois

    Pourquoi pas un référendum ? Probablement pour ne pas donner la voix au peuple, qui demande plus de sécurité. Notamment les gens qui travaillent, qui ont deux adolescents, mais qui ne peuvent pas quitter les banlieues. Imaginez-vous leur souffrance ?

  • M3442498 il y a 10 mois

    Et si vous faisiez un article sur ceux qui sont pour ? Bref, l'écrasante majorité !

  • g.dupuy il y a 10 mois

    Si on faisait un référendum ils seraient une poignée contre des millions

  • rodde12 il y a 10 mois

    Tout ça? Je croyais qu'ils étaient beaucoup plus nombreux à bien penser. Il y en a quand même mille qui trouvent qu'il n'y a pas assez de voyou x en France et qu'il faut en importer. Quant à l'état d'urgence Ils n'ont pas forcé la dose.

  • uran il y a 10 mois

    Il parait qu'ils s’appellent tous Camille quel que soit le lieu et la manif.