Etat d'urgence : «250 morts en 18 mois», fustige Fillon qui cherche un responsable

le , mis à jour à 14:19
8
Etat d'urgence : «250 morts en 18 mois», fustige Fillon qui cherche un responsable
Etat d'urgence : «250 morts en 18 mois», fustige Fillon qui cherche un responsable

« Les mesures, je les vote bien sûr, sans état d'âme, mais elle ne sont pas à la hauteur de la menace ». S'il a voté la prorogation de l’État d'urgence cette nuit, le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne) Jean-François Copé (LR) le juge insuffisant à empêcher de nouveaux actes de terrorisme.

 

A une écrasante majorité, ce mercredi à l'aube, l'Assemblée nationale a prolongé pour la troisième fois l'état d'exception ouvert après les attentats du 13 novembre. Non sans débattre. « Il faut qu'on acte qu'on a changé d'époque et il faudra une législation d'exception. (…) Il va falloir que nous proposions des décisions à l'exécutif » qui n'est « pas conscient qu'il faut aller beaucoup plus loin », assène Copé sur RTL, concluant que « jamais il n'a été écrit que les démocraties devaient être faibles ».

 

 

« Il faut complètement changer de modèle et considérer qu'on doit alléger le poids de l’État dans l'économie et mettre le paquet dans la sécurité », estime encore le candidat à la primaire à droite veut embaucher « 50 000 policiers, magistrats, et gardiens de prison ».

 

« L'état d'urgence n'a pas vocation à être un état permanent », affirme sur France Info le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. « Ce qui s'est passé à Nice nécessite qu'on prenne des mesures. Il faut aussi qu'on reste dans le cadre de la Constitution, des principes de la République ». Et le ministre de souligner : « L'état d'urgence est une mesure, pas la seule, pour lutter contre le terrorisme ». Il compare l'action des services de police et de renseignement, avec les mesures qui sont décidées par le gouvernement, à un « filet dont les mailles se resserrent ». « Au fur et à mesure, on essaie d'être de plus en plus performants pour empêcher les terroristes d'agir ». Et de rappeler les propos de Manuel Valls devant l'Assemblée mardi soir, affirmant que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 5 mois

    Investir dans les radars, c'était plus urgent que prévenir les attentats.

  • paulin17 il y a 5 mois

    On est bien d'accord, et je ne dis pas ca parce que un type droite qui l'affirme. Les socialos ne font rien et laisse pourrir la situation, a tel point qu'on se demande si c pas volontaire!!

  • xk8r il y a 5 mois

    250 morts et 0 démission

  • milano12 il y a 5 mois

    c est ça embaucher pour mettre des PV et contrôle de vitesse le 1er role principal de la police

  • M3121282 il y a 5 mois

    sidérant à droite comme à gauche, ils ne pensent qu'à tirer la couverture à eux

  • M3121282 il y a 5 mois

    en plus il a perdu la mémoire, s'il cherche un responsable, n'était il pas premier ministre quand sarkozy a supprimé + de 12000 postes de policiers et de gendarmes, qu'il commence par là

  • M3121282 il y a 5 mois

    et Estrosi qui le 19 janvier 15 après le drame de Charlie qui clamait "Si Paris avait été équipé du même matériel que nous, les frères Kouachi n'auraient pas passé 3 carrefours sans être repérés !" comment peut on les appeler ?

  • M7361806 il y a 5 mois

    COUCOU , me revoilou ! BIGMALION , le truc qui vole les adhérents et autres donateurs ce n'est pas moi mais l'autre !