ET VOUS, que faites-vous CONTRE CE BLUES ?

le
0
ET VOUS, que faites-vous CONTRE CE BLUES ?
ET VOUS, que faites-vous CONTRE CE BLUES ?

Mathilde Tessier

22 ans, étudiante

Laon (02)

Je prends un bain bien chaud. Le lundi est ma plus longue journée de la semaine. Je commence à 8 heures pour finir à 19 heures. Ainsi, la veille, avant de me coucher, je me plonge dans un bain moussant pour me détendre. J'écoute une musique douce et je ferme les yeux. J'imagine que je suis à la plage dans un lieu paradisiaque.

 

Claire Olgiati

49 ans, chef d'entreprise

Cormeilles-en-Parisis (95)

Je cuisine. Je prépare mes plats pour le début de la semaine. Je me concentre sur mes recettes et j'épluche mes légumes. Mes enfants de 16 et 22 ans participent également. Chacun fait ses repas. Ils font parfois des gâteaux. Cette activité effectuée en famille dans la bonne humeur est un moment d'échange. On discute ensemble et on ne pense à rien.

 

Didier Richard

60 ans  cadre

Toulon (83)

Je pratique des activités sportives dans la journée. Le sport permet d'évacuer le stress et de se maintenir en forme. Je fais une sortie à vélo le dimanche matin et une randonnée avec mon épouse l'après-midi. Après une bonne douche, je me sens zen. Bouger permet d'éviter le blues. Du coup, je suis en forme pour le travail le lundi.

 

Amaury Chevillard

21 ans, étudiant

la garenne-colombes (92)

Je m'arrange pour dîner avec des amis. J'évite de rester seul pour ne pas psychoter. Le dimanche soir, on se retrouve à cinq ou six autour d'un plat commun. On discute de tout de rien et on plaisante beaucoup. Ces soirées se déroulent dans un bon esprit sous le signe de la convivialité. C'est une forme de fête des voisins tous les dimanches.

 

Gilles Courteille

51 ans, enseignant

Villers-sur-Mer (14)

Priorité au plaisir. Je prends du recul et de la hauteur. Le vendredi soir, je bois un verre avec mon épouse pour marquer le début du week-end et, le dimanche soir, c'est la même chose en se remémorant les bons moments que nous avons ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant