Et Sócrates s'en est allé

le
0
Et Sócrates s'en est allé
Et Sócrates s'en est allé

Une équipe de football qui réveille les consciences politiques de tout un peuple ? Voilà la démocratie corinthiane en marche avec à sa tête, poing et tête levés, torse bombé et barbe mal taillée, Socrates, dit “le Docteur”. Footballeur-médecin doté d'une conscience politique rare dans la sphère footballistique.

Même au Brésil, les militaires n'entendent décidément rien à la musique. Au pouvoir depuis 1964, les généraux brisent dès leurs premières années l'élan que la bossa-nova avait pris sous la démocratie de Kubitschek, foutent les tropicalistes Caetano Veloso et Gilberto Gil en prison, puis les contraignent à l'exil. En ce qui concerne la musique des stades, même chose : si le Brésil de Pelé gagne la Coupe du monde 70 en dansant la samba, la situation intérieure, elle, vire au cauchemar. Le pouvoir bâtit des stades avec pour seule logique la corruption immobilière, met en place un système de contrats qui inféode les joueurs à leurs clubs (le contrat à vie est imposé partout), et s'assoit sur les conditions de vie des footballeurs, la plupart du temps nourris aux seuls fayots et payés en dessous du salaire minimum. Mise en place dès la fin des années 60, cette situation perdure encore lorsque les années 80 débutent. 1981: la confédération brésilienne de football est présidée par Helenio Nunez, militaire de son état ; le conseil national des Sports est dirigé par Geronimo Bastos, brigadier. Qu'attendre des joueurs de foot dans de telles conditions ?

Socrates, Wladimir et Adilson


Les Corinthians, par exemple. En 1981, l'équipe, qui compte pourtant dans ses rangs des internationaux comme Socrates, Wladimir ou Zenon, est au fond du trou. Les joueurs sont en conflit avec leur présidence, ne foutent pas un pied devant l'autre sur le terrain, sont relégués en deuxième division: c'est la crise. "Comme souvent, la crise est alors montée du terrain jusqu'aux instances dirigeantes du club", explique aujourd'hui le journaliste Ricardo Gozzi, auteur, avec Socrates, d'un livre consacré à la démocratie corinthiane. Vicente Matheus, l'ancien président du club omnisports, se retire alors au profit de Waldemar Pires. Lequel confie les reines de l'équipe de foot à un jeune dirigeant sans expérience du sport, sociologue de formation. Ce sociologue s'appelle Adilson, 35 ans, ancien leader étudiant qui a tâté de la prison. Logiquement, son premier réflexe est de se tourner vers les personnes les plus à

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant