Et si vous faisiez le test du dico ?

le , mis à jour à 09:14
1
Et si vous faisiez le test du dico ?
Et si vous faisiez le test du dico ?

Le Robert fait une infidélité à ses dicos pour noter vos connaissances en français ! L'éditeur des célèbres pavés vient, en effet, de lancer la certification le Robert* qui, à l'instar du TOEFL ou du TOEIC en anglais, permet d'évaluer ses compétences en orthographe, grammaire, vocabulaire et expression dans la langue de Molière.

 

« Le Robert, c'est la définition de mots mais aussi l'usage de la langue. On offre au grand public la possibilité de photographier son niveau en français », résume Charles Bimbenet, directeur général du Robert. Les candidats — salariés, demandeurs d'emploi, étudiants... — passent un examen de 1 h 45 durant lequel ils doivent répondre à 350 questions réparties en 11 types d'exercice. Le score, sur 1 000, est envoyé par courriel à l'issue de ce devoir surveillé qui coûte entre 55 € (étudiant) et 110 € (salarié). S'il est élevé, le prétendant ne manquera pas de l'inscrire sur son CV.

 

Un créneau très porteur

 

Les sessions se déroulent dans un centre agréé, en entreprise et même, dans les prochaines semaines, en ligne et à domicile grâce à un système de vidéosurveillance par webcam. Ce dispositif, en phase finale de test, garantit qu'il n'y a aucune tricherie : pas de souffleur dans la pièce, de Bescherelle sur le bureau ou d'accès à Wikipédia.

 

Le Robert débarque sur un marché en plein boom, jusque-là occupé exclusivement par le certificat Voltaire qui s'est fait un nom auprès des recruteurs. Quelque 36 000 volontaires ont planché sur cet examen cette année, contre 1 400 lors de sa naissance il y a six ans.

 

A en croire la société Orthodidacte, plate-forme de formation en français qui s'est associée au Robert, « la demande est forte » dans les entreprises. « Il y a une prise de conscience d'une baisse de niveau et de la nécessité d'y remédier », observe le cofondateur de la start-up, Guillaume Terrien, par ailleurs ex-champion de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 11 mois

    Jadis, quand l'ensemble de la population écrivait quasiment sans fautes graves, dans les entreprises tout se passait par téléphone, maintenant avec les illettrés produit par l'EN toute la communication passe par mails. Moralité : jamais l'orthographe n'a été plus utile qu'aujourd'hui, n'en déplaise aux grands penseurs de l'EN.